30/01/2017

L'hégémonie culturelle, pilier de la victoire de Gauche

Hamon à remporté la primaire du PS. Soit. Si je voulais lui envoyer une flèche hautement venimeuse je twitterais:

"Mélania Hamon a remporté la primaire socialiste grâce à Michelle Mélenchon et la France insoumise".

Sans doute, les partisans et partisanes de l'Avenir en commun retwitterais en millions de clics ce joli tweet sauce Donald Trump avec le ketchup et la mayonnaise s'il vous plaît.

Mais mon but, ce n'est pas de diviser la Gauche qui a besoin de remporter la victoire pour créer la VIème République. Hamon ne peut pas être l'homme de Gauche qui sonne le Rassemblement parce que 

1) compromis dans le gouvernement Valls, Monsieur 49.3, qui lui a d'ailleurs apporté tout son soutien (hypocrite et calculé pour sauver le PS de l'explosion) pour l'élection présidentielle sitôt qu'il a reconnu sa défaite aux primaires du PS.

2) le travail en profondeur d'une gauche révolutionnaire et innovante a été le fruit des insoumis et des insoumises, non des membres du PS qui sont à la traîne et suivistes dans le programme. Pour arriver au sommet d'une montagne, il faut faire confiance au premier de cordée, pas à ceux qui suivent parce que c'est le premier qui a l'expérience des traîtrises du terrain, des crevasses sur le glacier, des précipices, et des prises qui se dérobent parce que trop friable. Mélenchon est sans doute un roc qui s'est construit sur d'authentiques convictions et sur une grande expérience humaine comme politique. Hamon est-il peut-être un peu trop grain de sable dans le rouage des insoumis qui peut gripper toute la mécanique de la Gauche et la faire échouer aux élections présidentielles?

Les Insmoumis ne veulent plus d'un pharaon au pouvoir. Ils préfèrent un type qui les engueule de temps à autre mais qui les respecte dans leur humanité et se situe bien au-delà des hiérarchies conventionnelles. Mélenchon parle vraiment au peuple et se fout un peu des hiérarchies. Il veut bien que son interlocuteur soit un patron d'une grande entreprise mais il lui adresse la parole d'égal à égal comme s'il s'agissait d'un ouvrier au smic. C'est ce qui me rassure chez cet homme. Pour moi, sa façon de s'adresser aux autres tient clairement de la démocratie et non de la monarchie.

Donc, en résumé, c'est bien la France insoumise qui tient un net avantage sur le parti sclérosé et dynamité qu'est le PS. En politique comme en sport, il faut un vainqueur. Si la Gauche veut sa victoire et sa révolution, elle ne peut pas accepter que ces deux candidats les plus soutenus par le peuple se fassent une concurrence impitoyable et pitoyable sur des idées que désormais ils partagent plus ou moins en harmonie.

Mélenchon a refusé de participer aux primaires socialistes parce qu'il estime que l'appareil du parti est désormais obsolète et qu'il faut tout changer pour espérer voir la Gauche au pouvoir. Hamon n'est plus en accord avec la ligne directive du PS mais a été élu par les militants. Il y a donc bien convergence du côté des idées de la France insoumise. L'hégémonie culturelle dont se réclame Jean-Luc Mélenchon est légitime. C'est la dynamique des insoumis qui pousse le PS dans les bras du mouvement l'Avenir en commun et non l'inverse.

A Hamon d'en tirer les bonnes conclusions s'il ne se voit pas déjà Pharaon ou roi de France comme Hollande... Une défaite en mai 2017 de la France insoumise et la France s'enfonce avec un Trump pathétique de l'autre côté de l'Atlantique, un Poutine narcissique à l'Est, et peut-être une grosse fièvre fasciste du côté de l'Allemagne si Merkel perd. Le duo MerkMel serait-il si épouvantable que ça pour faire avancer l'Europe? Je n'en suis pas certain. Merkel est une femme de tête, Mélenchon est un homme de tête. Une opposition de style sur le terrain politique à la façon Federer-Nadal... Il nous faut un capitaine à la barre qui provoque une vraie révolution culturelle humaine et écologique non seulement en France mais en Europe et dans le monde entier. 

 

Les commentaires sont fermés.