21/02/2017

Les médias ne font jamais de mea culpa

Les journalistes ont toujours raison. Et ceux qui les attaquent sont soit des propagandistes, soit des faiseurs de haine et de division, soit des populistes qui, à l'image de Donald Trump, produisent du fake contre le true et l'objectivité médiatique.

Il y a malaise. Car si la vérité est dite dans les médias détenus entre les mains d'une dizaine de milliardaires (pour la France mais ailleurs cela ne doit pas être beaucoup mieux), alors on a, de façon totalitaire, la vérité issue des seuls pouvoirs financiers et jamais la vérité crue et nue de la rue qui, même démonétisée à l'extrême, n'est rien d'autre qu'une part de la vérité aussi... et pas la parole de démagogues ou de populistes milliardaires qui récupèrent sur leur compte en banque la parole du peuple profond, celui et celle qui souffre mais qui travaille dur, celui et celle qui est chômage mais ne retrouve pas de job, celui et celle qui est en situation d'handicap physique ou psychique parfois les deux, celui et celle qui refuse la vérité proprette, stéréotypée, aveugle, rigide, intellectuelle mais loin du coeur, froide, calculatrice et sans gêne, des médias, celui et celle qui est artiste et dénonce le système à sa façon.

Hors justement, Jean-Luc Mélenchon n'a pas le profil du milliardaire et il n'est pas susceptible de récupérer la parole du peuple pour s'en assurer le copyright à la façon du milliardaire Trump qui appuie sur le champignon de la haine entre résidents de souche et étrangers pour satisfaire aux besoins du cerveau reptilien qui on le sait tous nous conduit aux bassesses et aux crimes les plus divers.

La France insoumise use d'intelligence et d'honnêteté pour asseoir son autorité et sa légitimité. Elle dit sa vérité qui n'est pas bonne à entendre des médias officiels et des milliardaires qui dirigent la planète et placent les politiciens (quand ils ne prennent pas tout simplement la place des politiciens comme Trump et Poutine) à leur guise grâce à leurs milliards et leurs lobby. Le MEDEF en France faisait quasi la pluie et le beau temps avec le PS et l'UMP. Avec Mélenchon, le manche du couteau change de côté. Le politique retrouve sa priorité sur l'économique. Et les médias n'aiment pas ça eux qui sont nourris par la bête capitalistes qui les tient depuis que ce sont de grands groupes de presse qui tiennent les cordons de la bourse.

C'est tellement triste ce qui se passe actuellement dans les médias. Les journalistes qui devraient être les premiers défenseurs de la société plurielle et complexe se mettent à préférer Marine Le Pen à Jean-Luc Mélenchon afin de "sauver" le système que les milliardaires ont mis en place. Les médias cherchent, par tous les moyens, j'écris bien tous les moyens, de décrédibiliser la France insoumise alors que Marine Le Pen, autrefois décriée avec son père, semble devenu politiquement correct puisqu'elle trempe elle aussi dans les affaires d'emplois fictifs... Je te tiens tu me tiens par la barbichette, le premier qui dénoncera l'autre se verra dénoncer à son tour...

Et pourtant la France insoumise ne décolle toujours pas de façon spectaculaire pour se dire qu'elle va passer sans problème le premier tour. Les gens ont peur de ce que les médias rapportent sur Mélenchon. Les gens ne vont pas à la source de l'info (5 heures de direct pour le programme économique, excusez-moi Jean-Luc, fervent soutien de la France insoumise, je n'ai pas tout regardé le temps me manquant et la fatigue toujours plus grande pesant sur mes épaules. Alors pour celles et ceux qui n'ont pas l'habitude de suivre assidûment leur chouchou télévisuel, je suppose que c'est encore pire. Un article de presse ou l'autre puisé dans la presse officielle et hop le ballot croit avoir tout su du programme de la France insoumise...).

Chers médias, cela fait très longtemps que l'on se fréquente à distance. J'ai toujours aimé le journalisme et je vous respecte. Mais sachez que le journalisme que vous proposez actuellement n'est plus un journalisme de combat en faveur de la vérité, rien que la vérité, toute la vérité. Vous ne pouvez pas seulement parler avec la langue experte des élites et ignorer la langue du peuple. Vous ne pouvez pas vous soumettre vous aussi à la loi du fric qui fait que cela peut vous coûter votre place de travail. Du travail, vous pouvez en trouver ailleurs si nécessaire. Le confort et la belle vie ne sont pas la cause première du journalisme et celle qui fait de vous des journalistes appréciés du public. Non. Le journaliste est aussi un homme ou une femme qui, à l'instar des politiciens, devrait se mettre au service du peuple et non être le laquais du Capital.

Jean-Luc Mélenchon, malgré toutes les fadaises que vous racontez sur lui, est un homme qui cède volontiers sa place pour peu que celles et ceux qui prennent sa place ne tentent pas d'entourlouper le peuple avec des fadaises et des contre-vérité qui jouent en faveur du capital exclusivement et au détriment de tous les autres, jeunes précaires, smicards, vieux, malades, handicapés, chômeurs, exclus.

Quand à votre mea culpa, il viendra peut-être une fois que la France insoumise aura réussi sa Révolution...

20170220_221048.JPG

Deux insoumis dada qui roucoulent...

20170220_221241.JPG

 

20170220_221413.JPG

 

 

Les commentaires sont fermés.