24/02/2017

On ne va pas tirer à la courte-paille pour savoir qui sera mangé...

Le match Hamon-Mélenchon tourne au mélodrame. Qui des deux va se mettre au service de l'autre? Aucun des deux sans doute.

D'un côté, il y a l'appareil socialiste qui pèse très lourd dans la balance. Les socialistes refusent de mourir et ne veulent pas de funérailles Rue de Solférino. Pourtant, les socialistes ont commis des fautes impardonnables sous le quinquennat Hollande. Prendre le parti du MEDEF et faire subir les violences policières dans la rue lors de manifs à la population en colère contre la Loi travail et se dire encore de Gauche, voilà quelque chose qui ne s'oublie pas de si vite dans les coeurs des citoyens et citoyennes.

De l'autre, il y a un mouvement d'une grande ampleur: celui de la France insoumise et de l'Avenir en commun. Les gens qui se retrouvent dans ce mouvement n'ont aucune envie de retrouver sur leur route les bâtisseurs de la Loi Travail et son Premier Ministre Manuel Valls. Quand le divorce est consommé comment revient-on si rapidement dans la franche entente cordiale, la confiance, et la solidarité de groupe?

Si les socialistes veulent suivre leur route en solo, ils en ont le droit mais ce n'est pas dans leur intérêt futur. La France insoumise, elle, est dans un mouvement dynamique qui ne prendra pas fin avec le départ de Jean-Luc Mélenchon en cas d'échec présidentiel. La France insoumise c'est une équipe soudée qui a de l'avenir face au possible désastre d'une élection Macron, Fillon, ou pire encore Le Pen.

Mais perdre 5 ans, ce serait très dommageable dans la situation actuelle hyper dangereuse pour le pays.

Donc si les socialistes ont encore un brin de jugeote et reconnaissent leurs graves erreurs, ils devraient entreprendre un vrai rapprochement avec la France insoumise et tenter un équilibre sérieux avec un Mélenchon Président et un Hamon Premier Ministre en cas de victoire de la Gauche.

En attendant les poissons diplomatiques qui permettraient d'éviter au plus jeune de se faire manger à cause du manque de voix partagé entre les deux camps et une défaite programmée qui fera exploer le camp socialiste, on peut toujours s'écouter une petite chanson bien dans le temps de notre enfance.

 

Les commentaires sont fermés.