04/03/2017

Aréthuse, de nuage en fontaine, elle garde sa liberté

Nymphe insaisissable, belle et désirable entre toutes, Aréthuse est la muse première de notre Confédération moderne.

Bien que née dans le panthéon des dieux grecs trois siècles avant J.-C., la belle endormie trône assise, la main tendue en direction des Alpes, sur nos premières pièces de monnaie fédérale.

Sous la main experte d'Antoine Bovy, elle se fait sensuelle mais la prude Berne fédérale refuse l'audace du graveur en lui demandant de retirer ses ardeurs érotiques sur le dessin final. Fini le nombril, la bouche pulpeuse et les seins généreux, notre dame assise nationale devient moins un objet érotique mais reste tout de même un magnifique objet numismatique qui va inspirer mainte fêtes... de tir fédéral avec des tentatives d'Aréthuse nettement plus pulpeuse dont nous avons de très beaux exemplaires numismatiques sur les médailles décernées.

La Suisse de 1850 est donc d'abord à l'image d'une douce nymphe avant de devenir, dès 1874, exceptées les pièces de fr.5.--, cette guerrière debout qui défendra les frontières et notre indépendance sur nos pièces de monnaie de 50 centimes, fr.1.- et fr.2.-. Nous avons là l'exemple de monnaie la plus conservative au monde puisque nous utilisons le même modèle de monnaie depuis bientôt 150 ans. Seul l'argent a disparu pour faire place à un alliage moins alléchant.

Le modèle de 1850 reste le modèle romantique par excellence et c'est celui que je trouve le plus passionnant à collectionner et à chouchouter.

Je termine ce billet par une vidéo des années 30 montrant Aréthuse à la fontaine pourchassée par Eros qui n'aime pas l'indépendance farouche de la nymphe... Marier Aréthuse? Non, ce serait une hérésie. Elle est libre comme le vent.

https://youtu.be/JmMykNwh7UM

 

 

 

Les commentaires sont fermés.