04/03/2017

Pourquoi la tempête Mélenchon est indispensable

Nous vivons une société "ventre mou" qui ingurgite n'importe quoi tant que l'argent tombe à satiété dans les assiettes des plus nourris, des plus nantis, des plus prédateurs. 

Nous vivons cette société comme une agression permanente contre l'humanité et contre la planète Terre qui nous habite. Nous nous savons tous coupables quelque part sauf les gros cyniques et les arrogants qui se croient seuls au monde et qui s'autorisent tous les droits de passage, de cuissage, et violent bien souvent en respectant une certaine loi censé les protéger des poursuites. Toutes les subtilités juridiques pour être non condamnable devant la loi mais absolument blâmable devant la justice démocratique et l'égalité entre nous tous.

D'aucun prétende que la personnalité de Mélenchon est le principal obstacle à l'échec programmé de la Gauche. Mais si Mélenchon était autre, il ne serait tout simplement pas Mélenchon avec ses qualités et ses défauts. Face au candidat marketing Macron, fadeur et illusion de perfection humaine mais authentique objet de consommation manquant de profondeur et d'expansion historique pour comprendre le mur dans lequel le néolibéralisme nous condamne, Mélenchon se dresse tel un roc à la stabilité remarquable. Il pourrait être une sorte de Mont-Blanc pour la France. Il n'est perçu que comme un gros ronchon qui fracasse sa fureur contre la société médiatique. Il devrait être un père de la Nation. Hors nous savons combien ce terme est connoté péjorativement par nos sociétés de consommation. Petit père du peuple, ça sonne dictateur et pas du tout homme de liberté. D'autant qu'il ose faire l'éloge de Castro contre l'impérialisme américain.

Et pourtant. Mélenchon ne semble pas être un nouveau Castro ou alors pas encore. Cela pourrait le devenir si des complots d'assassinat se font jour contre sa personne. On sait que les hommes forts risquent leur peau au contraire des mous qui acceptent toutes les compromissions pourvu que les avantages financiers soient partagés par tous ceux et toutes celles qui s'arrangent entre eux pour être au pouvoir. Vade, retro, sarkonas...etc.

Le pouvoir c'est quelque chose de très difficile à gérer. Où un président en fait trop. Où il n'en fait pas assez. Surtout en France où le pouvoir présidentiel est vraiment tout-puissant et reste sur un modèle monarchique. Hors justement, Mélenchon veut corriger le tir par une nouvelle constitution construite par le peuple au sens large et pas étroit avec juste des juristes, des notables, des patrons, des élites qui se fabriquent des lois bonnes pour eux mais pas vraiment sympa pour le prolétariat, l'artisanat, le monde culturel, ou la paysannerie.

Ne me demandez pas pourquoi je fais confiance à Mélenchon. C'est comme cela. L'homme m'inspire du respect et de l'audace. Par contre je peux vous dire pourquoi je n'ai pas vraiment confiance en Hamon pris en tenaille par le PS. Son manque de liberté par rapport à l'appareil ne lui donne pas la vigueur et le mouvement d'ampleur révolutionnaire pour changer la donne gouvernementale. C'est pourquoi, je ne pourrais pas renoncer à mon soutien à Mélenchon et dire oui à Hamon au premier tour. La garantie de changement radical c'est la France insoumise. Pas le PS. Et je ne sais pas pourquoi tellement de personnes demandent avec insistance le renoncement de Mélenchon au profit de Hamon, donc au profit d'un parti socialiste qui a complètement failli avec DSK d'abord puis Hollande ensuite. Les éléphants n'ont donné aucune garantie à la Gauche. Au contraire, le premier a marché sur les femmes comme s'il allait au champ de course choisir ses juments. Le second a fait péricliter la vision de la Gauche qui s'est finalement retrouvée dans la rue face aux brigades de CRS pour tenter de sauver cette Gauche bradée sur l'autel du Capitalisme.

Non, décidément je ne peux pas approuver celles et ceux qui demandent à Mélenchon de se retirer. Perdre avec le PS qui tirera encore les ficelles au pouvoir pour le Grand Capital c'est pire que de perdre sans arriver au pouvoir mais en gardant la vision d'une société de vrai progrès humain.

Le pari avec la France insoumise est le pari de l'audace d'une révolution qui doit entraîner le reste de l'Europe dans son sillage. Si l'échec est consommé en avril ou en mai, il n'y aura plus grand chose à espérer des lois démocratiques pour lutter efficacement contre le fascisme qui ronge pan par pan nos sociétés et les précipitent peu à peu dans la guerre civile et des épurations ethniques dont on imagine l'horreur et la gravité.

http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-2017/201703...

 

Les commentaires sont fermés.