06/03/2017

Si j'étais dessinateur de presse

L'actualité a ça de fascinant: elle est à la fois plus drôle et plus grotesque que la fiction d'un film d'animation.

Ce lundi, j'imagine un Freysinger avec un gros nez fracturé après avoir cogné la face Nord du Cervin suite à la pause d'une peau de banane avec cette légende dans sa bouche:

"Ces migrants naturalisés valaisans ont refait le coup qu'ils ont joué à Blocher au Palais Fédéral. La Suisse est infesté de mangeurs de bananes".

Merci au peuple du Valais pour ce premier tour. Au second, il faudra lui couper le sifflet... Peut-être que là, il se décidera à redescendre de sa tour d'ivoire pour répondre et casser la gueule aux provocateurs qui veulent son départ de la tête pensante de l'Etat valaisan.

 

Les commentaires sont fermés.