12/03/2017

Le PS va sans doute finir en pièces détachées avant le premier tour

Ils ne voulaient pas mourir. Mais ils mourront. Hamon va perdre peu à peu les cadres du parti qui fileront vite fait du côté de la Caviar House Macron parce qu'ils espèrent encore bouffer du caviar et boire du champagne tous les jours avec celles et ceux qui tirent les ficelles économiques: les grands patrons et le Médef.

Les éléphants n'ont jamais été de gauche ou si peu. Une façade d'apparences sociales. C'est joli dehors. C'est complètement corrompu à l'intérieur. DSK n'a pas été un hasard dans le parcours du PS. Il correspondait parfaitement à cette façon partouzarde de profiter des autres et des femmes en particulier.

C'est très dur ce que je dis mais cela est assez vrai rien qu'à voir la défense du patron du PS dans l'affaire Diallo-DSK ou Banon-DSK. Ce n'est pas que je prenne systématiquement la défense des femmes. Je sais très bien que celles-ci peuvent aussi faire preuve de machiavélisme et d'ambivalence ainsi que de mensonges éhontés dans certaines situations. Mais quand même. La violence sexuelle de DSK était connue et reconnue autour de lui et pourtant il était le candidat socialiste à la présidence. C'est dire la chute de respect envers les gens mis en condition inférieure et soumis à la loi du plus fort.

Le PS le paie totalement aujourd'hui après ce quinquennat calamiteux de Hollande qui n'était pas à la hauteur d'un parti de gauche solide et réellement au service des travailleurs et travailleuses mais au service du capital, de l'actionnariat, et de la finance.

Hamon va très bientôt se sentir très seul et peut-être aura-t-il cet éclair de lucidité avant le premier tour en se désistant au profit de la France insoumise et Jean-Luc Mélenchon. Tout reste possible dans une période de grands troubles et révolutionnaire.

Ce qu'il reste de Gauche du PS n'aura pas trop de peine à rejoindre les rangs des révolutionnaires. Pour les autres, il y aura le fourre-tout Macron et les langues fourrées avec le capitalisme le plus scandaleux.

C'est mon point de vue à quelque 40 jours du premier jour. Benoît Hamon serait bien inspiré de réfléchir vraiment à son retrait. Cela au nom de la révolution nécessaire. Aura-t-il cette volonté de braver au dernier moment les carcans du PS en lambeaux pour donner sa chance à la révolution?

Rien n'est moins sûr. Mais au moins c'est dit.

 

 

Les commentaires sont fermés.