17/03/2017

Avant le 18 mars, j'aimerais te dire

Qui a dit que le monde est en paix?

Toi, toi, et toi,

parce que tu vis tranquille chez toi,

que tu gagnes assez bien ta vie,

que tu as un copain ou une copine,

que l'amour te fait du bien,

que la haine n'est pas ton quotidien,

que ta vie est belle,

que tes loisirs sont nombreux

et tes distractions géniales,

que tes amis sont les plus sympas du monde,

que tout tourne autour de la beauté,

de l'humour, et des instants de bonheur.

 

Oui.

Si tu te mets en cocon

dans ton home sweet homme

ou ton chat sweet woman

tout peut te paraître en paix,

en harmonie, en accord avec toi-même.

Oui.

Si tu t'enfermes dans ta boîte cinéma

et que tu tournes le film de ta vie

sans regarder le monde au-delà de ton univers,

tu peux jouer à l'autruche

et laisser ta tête dans le bac à sable Macron,

ou Fillon, ou même Hamon,

continuer ta vie tranquille

entre petits apéros sympas entre amis

et sorties de boîte entre potes.

 

Mais non.

Si tu ne regardes pas

ce que cette société néolibérale

est en train de nous fabriquer

comme horreur total et totalitaire;

si tu ne vois pas le fascisme arrivé

avec ses grandes pattes de monstre

prêt à purifier par élimination et extermination

la race humaine pourtant universel à tous;

cette horreur de sacrifier

des enfants, des femmes, des hommes,

sur l'autel de la race supérieure

qui prend tout, qui veut tout,

qui décide du droit de vie et de mort

sur tous les autres êtres humains,

qui réduit en esclavage et chosifie

une partie de l'Humanité

pour faire triompher leur idéologie,

leurs saloperies, leurs duperies, et leurs mensonges,

alors tu te dois de sortir

du conte de fée que tu construis

dans ta vie privée

et venir combattre avec nous

contre ce monde qui provoque ce fascisme,

cette ultra-violence, cette fin du monde

en unique perspective de leur terrifiant

modèle de penser la société et le monde global.

 

Nous voulons tous d'une vie sympa,

idyllique, amoureuse, heureuse.

 

Mais moi, je ne peux pas aimer

en harmonie

si tout autour de moi

la violence et la haine

deviennent l'ultime moyen de défense,

l'ultime chance de rester en vie

contre les autres et non plus avec les autres.

 

La France insoumise,

c'est aussi ton combat

pour changer cette réalité qui se profile

et dont les poètes voient la catastrophe finale.

 

Le 18 mars tu as Bastille.

Parce que tu es libre

et que tu n'es pas esclave de ton travail

comme je le suis devenu

pour garder la tête hors de l'eau

et éviter la noyade sociale

qui fait qu'un assisté social

n'a plus légitimité et force à dire sa vérité

à la face de sa propre société

qui l'entretient au quotidien.

 

Être libre c'est aussi vivre indépendant

de toutes obligation d'entretien

sauf cas de force majeure.

Et tant qu'aucun salaire universel pour tous,

ça veut dire 7 milliards de personnes dans le monde entier,

ne viendra contredire cela,

ton travail compte, même bénévole,

pour construire ta propre liberté.

 

Les commentaires sont fermés.