12/04/2017

La solution? C'est rendre au libéralisme ça part de réalisme humain

Benoît Hamon s'inquiète d'une sortie de l'Europe si la France insoumise passe.

C'est peut-être le point crucial qui l'empêche de jeter l'éponge en faveur de Mélenchon et de l'Avenir en commun.

Réfléchissons un tout petit peu maintenant que tout le monde s'échauffe et lance des bombes incendiaires contre Mélenchon traité à nouveau de dictateur stalinien qui fera beaucoup de mal à la France.

Pourquoi les peuples d'Europe rejettent-ils le néolibéralisme? Parce qu'ils ne sont plus écoutés ni consultés. C'est comme si des bulldozers passaient sur leurs corps avec des salaires qui stagnent voir qui diminuent, des licenciements et des contrats à durée déterminée et à flexibilité maximale, des angoisses normales de citoyennes et citoyens qui ne sont perçus plus que comme des machines à produire et à consommer pour celles et ceux qui en ont encore les moyens. Et pour tous les autres, exclus du marché du travail, citoyens et citoyennes désormais de seconde zone à la rue, c'est comme si les bulldozers les jetaient dans la fosse commune et qu'ils devenaient les oubliés de l'Histoire, une statistique sur le plan comptable, une tache sur la carte néolibérale qui ravage tout, paysages comme environnements, solidarités humaines comme paix entre les peuples et entre communautés intérieures menant autant à des guerres civiles qu'à des guerres internationales.

Est-ce bien cela la soi-disant paix et prospérité néolibérale? Est-ce bien cette victoire resplendissante avec des mannequins splendides qui défilent sur les podiums des défilés de mode, des sportifs magnifiques qui récoltent record sur record de durée et de performance, des actrices et acteurs qui tournent de très beaux films et font les délices de Cannes?

Souvenons-nous d'Hitler et de son esthétique de la beauté. Il n'était pas très loin de présenter au monde la même vitrine du beau, du grand, de l'élitisme le plus pur dévorant les faibles: les communautés exclues, juifs, tziganes, noirs, et tous ce qui n'était pas blond aux yeux bleus; les artistes (les plus grands reconnus aujourd'hui dans le monde entier) dit dégénérés dont les oeuvres pillées par le régime nazi n'étaient qu'une horreur intégrale dans la mesure où les créateurs et créatrices étaient menacé(e)s par le régime et risquaient de finir en camp de concentration.

Pourquoi nos démocraties sont-elles incapables de faire preuve d'auto-critique radicale sur la façon dont nous menons les affaires du monde? Pourquoi nos démocraties, celles et ceux qui dirigent le monde, s'accrochent à ce néolibéralisme qui est entré dans sa phase terminale et suicidaire sans imaginer un instant faire une bonne et vraie révolution citoyenne certes très sociale et solidaire mais qui gardera sa part de libéralisme revenu à des formes de gouvernance qui privilégient l'humain sur la machine, l'humain sur le Capital, la nature sur la destruction de notre environnement par des politiques d'énergie renouvelables ambitieuses, la paix des peuples sur la guerre que se font les puissants pour entretenir leurs richesses incommensurables?

Monsieur Hamon, ne dites pas que Monsieur Mélenchon est contre l'Europe. Il est contre cette Europe technocratique qui casse les peuples et les jette dans la précarité et l'instabilité. Est-il possible de repenser l'Europe autrement? Oui par des politiques sociales et fiscales convergentes entre pays communautaires. Oui avec des politiques solidaires plutôt que compétitives (nous ne sommes pas dans un match Federer-Nadal et que le meilleur gagne. Nous sommes dans la vie de tous les jours de gens qui ont soif de vivre en sécurité avec un salaire décent et en faisant leur travail avec la conscience du travail bien fait). La compétitivité n'est pas la seule composante d'une société qui s'enrichit intellectuellement et physiquement. De loin pas. Les facteurs d'humanité au sein d'une entreprise sont ceux qui produisent les meilleurs effets sur les gens. Savoir qu'ils font bien leur travail, qu'ils méritent leur salaire, qu'ils participent du succès de l'entreprise sans être pressés comme des citrons que l'on jette une fois toute la pulpe tirée permet un retour à la paix du travail, à la reconnaissance et au respect entre patrons et employés.

Ne plus tenir compte des réalités humaines, redistribuer dividendes et bénéfices aux actionnaires et à quelques cadres en ignorant les gens qui sont peu payés dans l'entreprise, c'est le plus sûr moyen de les paupériser et de les exclure à terme du cycle de l'économie avec toutes les conséquences que nous savons tous. 1% des gens de la planète ne se sont pas enrichis de façon invraisemblable sans la main soit disant invisible du marché. Elle s'est enrichie de façon folle parce que le néolibéralisme est fou et à laisser cette folie se réaliser. Tout simplement fou et très dangereux pour l'avenir de toute l'Humanité.

Alors s'il vous plaît, une dernière fois, Monsieur Hamon, retirez-vous de la course à la Présidence. C'est votre seul choix de réalisme humain qui correspond aux idéaux que vous prétendez défendre par votre candidature. Rendez-vous dans une semaine avec la France insoumise? Sinon, la France insoumise fera sans vous...

 

Les commentaires sont fermés.