19/04/2017

VIème République, bras ouverts, coeur au firmament

Avec ce billet s'achève mon travail d'avant premier-tour de la présidence française en soutien à la France insoumise et à Jean-Luc Mélenchon.

Il y a dans toute politique une clef philosophique qui soutient le résultat d'un vote. Sans hésitation, nous avons cette fois une configuration politique qui permet cette révolution des consciences, à travers un acte politique radical portant au pouvoir une nouvelle façon de faire la démocratie et construire un avenir en commun, de réussir quelque chose d'unique en son genre.

Si je devais résumer en une seule chanson toute la passion que j'ai essayé de vous transmettre à travers mes billets pour aider la France insoumise à triompher de tous les obstacles sur sa route, c'est celle que je vous donne à écouter ci-dessous, une chanson archiconnue des Françaises et des Français...puisqu'elle est d'un chanteur-musicien-compositeur-interprète de chez vous.

Imaginez tous que cette chanson est dédiée non pas à une femme, comme à son origine, l'histoire sublime d'un homme qui est amoureux d'une femme (et l'inverse aussi) mais à la VIème République à venir, cette Marianne retrouvant sa jeunesse et sa passion, et vous aurez compris combien un mouvement politique peut transformer les foules loin des contingences cyniques et comptables, et transporter en faisant circuler tant d'amour et d'énergie à travers un pays qui se croyait en proie à la catastrophe et à sa soumission aux puissants. La catastrophe est en passe d'être dépassée grâce à nous tous qui croyons à un autre monde possible, à une autre volonté de construire le monde pour lui éviter la catastrophe; à un "nous" qui intègre un "je" et non un "je" qui désintègre le "nous" selon la misérable vision néolibérale. Pour cela, un seul vote, une seule voie possible: le programme de l'Avenir en commun.

C'est un oui d'adhésion et non un oui par élimination d'autres candidats ou de la candidate présente dans cette élection historique. C'est un oui d'amour envers des femmes et des hommes, des jeunes filles et des jeunes gens qui donnent tout à leur pays pour le voir triompher de la haine mortifère, de la division de classes et ethnique, et de la pauvreté morale et matérielle dans laquelle une partie du peuple a été plongée par la faute de politiques néolibérales irresponsables et criminelles et à qui nous n'accordons désormais plus aucune confiance quand on voit qu'elles ont porté un Donald Trump au pouvoir en Amérique. Rien d'autre que de voter pour ces gens et de suivre leur politique absurde nous fait désormais gerber du sang car ils nous condamnent élection après élection à la déchéance citoyenne. à l'exclusion sociale, à la lente disparition de nos propres familles et amis, à l'expropriation même de notre propre existence puisque nous devenons des fantômes sans aucune carnation à leurs yeux, sans aucune spiritualité, sans aucune valeur, sans rien. Néant!...Puisque nous n'avons que trop peu d'argent...

Hors nous ne sommes pas néant et nous ne monétisons pas nos consciences. Nous somme l'Être! Tous ensemble, femmes, hommes, enfants, qui que nous soyons!

A vous la France insoumise, à cette VIème République, cette chanson désormais mondialement célèbre dans sa version coeuridada ou espagnole si vous préférez.

On se retrouve tous pour le second tour, le coeur vaillant et à l'ouvrage pour gagner et réussir ce pari qui paraissait encore impossible à beaucoup d'entre nous il y a à peine un mois en arrière.

Je termine par un petit poème de mon cru puisque j'ai ce don du ciel ignoré par beaucoup. 

La nuit, je n'ai pas sommeil.

J'ai le soleil brûlant

qui m'éclaire de l'autre côté du monde.

 

La nuit, quand ils dorment tous et toutes

du sommeil du Juste,

quand l'enfant prend son doudou

dans les bras et rêve d'amour,

j'effleure juste mon clavier

de mes doigts légers

et je remplis la page virtuelle

pour que la blanche lumière

devienne colombe,

pour que les lettres que j'écris

deviennent esprit,

pour que mon coeur qui vit

se réalise en mots et en poésie.

 

Sans elle,

sans la culture,

sans nos poètes,

sans nos écrivains,

sans nos philosophes,

sans nos cinéastes,

sans nos peintres,

sans nos bédéistes,

sans nos danseurs,

sans nos chanteurs,

sans nos musiciens,

sans nos vidéastes.

sans nos acteurs et actrices,

sans ce monde bouillonnant,

je serais mort d'anémie,

j'aurais manqué de globules rouges

et finalement d'oxygène.

 

Et je ne serais pas,

cette nuit,

à t'éclairer du soleil du Juste

grâce à la France insoumise,

à vous tous

qui avez mis le feu à mon coeur.

 

Vive la VIème République!

Rendez-vous dans la nuit blanche de dimanche

pour écrire une nouvelle page historique

avec la colombe Mélenchon

au second tour.

 

Les commentaires sont fermés.