20/04/2017

Ni gauche angélique ni droite angélique, des fraternités à construire

Celles et ceux qui ont appris à me connaître tout au long du fil de ce blog savent que je n'aime pas le treillis militaire et les dirigeants qui portent le vêtement pour diriger d'une main de fer un pays.

Donc je n'ai jamais été un fan de Hugo Chavez parce que j'aurais aimé sa résistance à l'impérialisme américain. Si mon pays possédait des puits de pétrole à satiété, que je veux en prendre le contrôle par un populisme paresseux qui consiste à dire que l'argent du pétrole ira au peuple et non à quelques capitalistes milliardaires, j'aurais fait comme Chavez, bien entendu. C'est facile. La rente pétrolière est sous le sol des Vénézuéliens, donc on peut la redistribuer au peuple tout en nourrissant son propre pouvoir.

Donc le Chavisme sans le pétrole est un plan qui fait badaboum si le pétrole n'est plus si abondant ou que son prix diminue de beaucoup sur les marchés internationaux. Le peuple croyant au miracle Chavez qui n'était en fait qu'un bien commun à tous à faire fructifier ensemble en visant déjà un futur écologiste et en engageant les bénéfices dans la recherche et les entreprises travaillant sur les énergies renouvelables plutôt que de continuer à polluer l'atmosphère avec le pétrole en arrosant gratuitement un peuple qui attendait l'argent à la fin du mois...revenu universel à la mode Chavez.

Pendant ce temps, le bon Chavez discourait et vitupérait contre l'Amérique et recevait des salves d'applaudissements nourris de ses admirateurs et admiratrices.

Et la France de Mélenchon avec ses insoumis et ses insoumises, ce sera du Chavez bis? Non. Bien sûr que non parce que le pétrole ne fleurit pas sur les terres de l'Hexagone et que le programme est axé sur la recherche, l'excellence de la formation, les investissements dans les entreprises à énergies renouvelables, l'agriculture bio, et le high tech permettant au passage des emplois moins qualifiés mais qui seraient rémunérés au minimum décent, qui est bien insuffisant pour s'enrichir mais au moins suffisant pour nourrir sa famille.

Et Mélenchon n'est pas l'inventeur de miracle. Il s'appuie sur des économistes sérieux qui ont travaillé et ont des solutions autres pour faire sortir un pays du marasme que le remboursement de la dette et l'austérité budgétaire.

Mélenchon ne dirigera pas non plus la France en treillis militaires, en général de toutes les armées. Ce sera plutôt un général du génie littéraire et artistique. Alors je ne crains pas ses coups de gueule et ses colères. Mélenchon est un doux, pas un violent. Mélenchon ne tapera pas sur les manifestants et manifestantes mais il défendra l'ordre publique et si des débordements violents arrivent, il saura faire preuve de sagesse avec les troupes de CRS tout en étant impitoyables dans le châtiment avec les casseurs mettant en danger la vie des gens, des civils, manifestants ou non, en premier qui pourraient aussi se ramasser des pavés perdus dans la gueule. La violence n'est pas la tasse de thé de Mélenchon pour faire avancer les choses d'autant que le programme de la France insoumise n'est pas de presser le citron des plus faibles mais de faire cracher au bassinet de l'Etat les plus fortunés. C'est pourquoi j'apprécie sa façon de parler dès que les abus d'engagement rebelle et les usages de la violence terroriste font leurs ravages dans la société.

Je n'aime pas l'utopie néolibérale qui croit que tout s'arrange avec la liberté totale du marché. Je ne l'aime pas, parce qu'elle est un mensonge intégral qui profite aux plus carnivores, aux cannibalismes économiques, et crée de plus en plus de dérèglements climatiques sur la Terre en donnant aux fascismes la possibilité de développer son idéologie malfaisante partout pour aboutir à la fin en dictature et en extermination des populations plutôt taxées de gauchistes comme ce fut le cas en Amérique du Sud sous les dictatures fascistes.

Je n'aime pas non plus l'extrême-gauche utopiste qui croit que tout sera tellement plus beau si nous sommes tous à égalité parfaite sous un régime de pensée unique qui régira tout, y compris nos consciences, y compris notre interdiction de penser autrement au risque de procès en sorcellerie, d'une mise en asile pour "rééducation sociale", voir à l'exil dans des goulags sibériens ou mis à mort devant un peloton d'exécution pour traîtrise avérée à la "bonne" Cause révolutionnaire.

De ces deux anges assassins, je n'en veux pas. Parce que ce sont de terrifiants démons tous les deux d'une humanité fraternelle, libre, heureuse, et en harmonie.

Donc, je ne crois pas du tout que la France insoumise s'oppose à la droite néolibérale avec des intentions et des tentations de devenir stalinienne et complètement destructrice de liberté pour la France. Je pense même tout le contraire et beaucoup de bien de cette France insoumise et de Jean-Luc Mélenchon.

Il fallait encore le dire, hélas, à J-3 du premier tour puisqu'une déferlante, un tsunami d'articles et d'interventions médiatiques tente de peindre le diable sur la muraille et de condamner à la mort le mouvement de la France insoumise.

Je m'excuse auprès de celles et ceux qui pensent que je ne m'arrête jamais d'écrire. C'est plus fort que moi. Même quand je pense qu'il est temps de prendre un petit peu de bon temps pour moi avant le deuxième tour, je finis par céder à l'écriture. Mélenchon, enchaîne-moi au poteau des insomnies et bâillonne-moi comme un totem qui n'en finit plus de déclarer son amour à la France insoumise.

 

Les commentaires sont fermés.