21/04/2017

Joann Sfar et le caillassage informatique

Cher Joann Sfar (chers insoumis et chères insoumises, ne pensez pas du mal de l'utilisation du mot courant "Cher". Je ne me censure en aucun cas),

Voilà que vous devenez la personne à abattre, à désintoxiquer...à envoyer dans un centre de rééducation parce que vous dessinez en mal pensant de certaines paroles de Jean-Luc Mélenchon. Vous voilà donc la cible de trolls anonymes censés soutenir la France insoumise.

Le camp Mélenchon garde le silence et vous lui reprochez ce silence. Mais vous devez savoir que le silence ne veut pas encore dire complicité avec des méthodes douteuses. Le caillassage informatique existe d'avant Mélenchon, le harcèlement sur Facebook aussi. Si vous démolissez une star en direct par vos dessins, vous verrez combien de trolls fans de la star en question vous poseront de petits cailloux tout noirs pour avoir osé vous en prendre à leur idole. C'est un truc très ado, somme toute un peu con de la part des fans, mais cela fait partie de la logique et d'une certaine idiotie humaine quand une personnalité est posée sur un nuage tel Dieu pour certains et certaines...

Le chahut, le charivari fait partie de la jeunesse en fleur. Vous avez blessé, par l'humour certes, la star de cette jeunesse qui attend tout de la France insoumise, vous voilà raillé, hué, en recevant des casseroles sur la tête...

De là à vous en prendre de façon aussi virulente à la France insoumise me paraît très exagéré alors même que vous vous apprêtiez à aller voter pour...Mélenchon. Si les ultra d'un club de foot que vous soutenez font du raffut dans le stade contre l'arbitre ou le club adversaire, allez-vous retirer votre soutien à votre club préféré juste parce que les ultra ont des comportements idiots et immatures? Attendrez-vous que le président du club écrive une lettre en personne aux personnes visées par la bordée d'injures  des ultras pour se désolidariser du fan club qui assiste à tous les matchs? Allons donc! Le président à autre chose à faire que de répondre aux envolées lyriques d'adolescents et d'adolescentes qui sentent un peu les odeurs de latrines. Et puis quoi, vous attaquez sec et par l'humour certaines attitudes de la star politique, eux vous répondent par leurs trolls. C'est leur droit de réponse laisser libre sur le fil twitter circulant sans modération aucune. Si vous n'aimez pas, vous pouvez quitter Twitter et son oiseau de malheur...et vous n'aurez plus d'ennui ni de caillassage virtuel intempestif... Personne ne vous a lapidé en public avec de vraies pierres et vous êtes un adulte mûr et vacciné contre les boules puantes si vous assumez à la fois votre soutien à un candidat et à la fois vos critiques parfois drôles, parfois un peu moins, à votre propre candidat d'élection. Le pugilat entre supporter du même camp, cela existe aussi que diable. Vous semblez découvrir la lune.

Et voilà que vous n'êtes du coup plus Mélenchon chien, que vous cessez de soutenir ce candidat sous prétexte qu'il ne vous a pas adressé sa lettre d'amour et son soutien indéfectible alors que vous le mettez à l'égal de Marine Le Pen dans certains de vos dessins, que vous pensez, par l'humour, qu'il n'a pas de compassion pour les enfants syriens qui meurent sous les bombes d'Assad et qu'il n'aime la paix que chez lui en France? Si vous me caricaturiez de la même façon, je ne pense pas que je vous enverrais en courrier joint sur e-mail la chanson de Johnny "Que je t'aime mon petit Joann Sfar" sauf pour y faire de l'humour à mon goût présidentiel si j'étais candidat à n'importe quel niveau de présidence, j'écris ça parce que la candidature de Jean-Luc est perçue de  "il est élu et il se casse, c'est pas sérieux du tout son affaire" à "Lider Maximo, président à vie" par les journalistes cherchant à faire le buzz.

Cher Joann Sfar, j'espère que vous ne serez pas le fossoyeur de la France insoumise et que certains soutiens à Mélenchon ne partiront pas ailleurs à cause de votre affaire. Je vous demande juste de réfléchir en philosophe et en adulte. Aucune milice mélenchonienne n'est venu vous chercher et ne viendra vous chercher à domicile pour vous embarquez vers un goulag pour rééduquer votre pensée et votre façon de faire de l'humour. Je n'ai pas peur de l'écrire. Ce n'est pas le genre de la maison Mélenchon qui est une maison littéraire de haute culture et de haute humanité qui respecte l'adversaire et les faux amis même s'ils font du mal.

Avec mes respectueuses salutations,

Carmen, soutien indéfectible de la France insoumise.

 

Les commentaires sont fermés.