23/04/2017

La VIème République

Mais à l'aube

du sixième jour,

Il y eut un big-bang dans les urnes

du pays de la Révolution.

Du silence naquit le Verbe

et du Verbe naquit

la sixième République.

 

Beaucoup imaginairent

que la marque du démon

venait de frapper durement le peuple.

La route 66 de la France

suivait la route des communistes,

des hippies de la Beat Generation

ressuscitée d'entre les morts

par on ne sait quel terrifiant

esprit maléfique

si ce n'était Lucifer en personne.

 

Bernie Sanders aux Amériques,

Jean-Luc Mélenchon en France,

Pablo Iglesias en Espagne

et tous les diables d'Amérique du Sud

qui suivaient le chemin du Che,

cet autre primitif suppôt du diable.

Satan éclairait à nouveau le monde

de sa lumière maléfique

pensaient tous ces gens

dans l'ignorance de l'amour vrai,

de la solidarité, de l'égalité,

de la liberté, de la fraternité.

Satan déposait sa marque

sans même recourir au business.

"Oh mon dieu!"

criaient les gens sûrs

que la fin du monde arrivait

avec ces hordes de sauvages

mal éduqués et mal instruits.

"Ils rejettent tous le système,

le dieu dollar,

le dieu euro,

le dieu monnaie,

pour adorer le Diable,

le type qui veut la démocratie réelle

contre la dictature de nos pyramides cachées

dans les paradis offshore,

le type qui raconte des énormes bobards,

le type qui annonce

une apocalypse sociale

avec des risques de nouveaux génocides humains,

une apocalypse écologique,

une apocalypse

que des scientifiques annoncent

de partout avec des preuves,

des réalités qui montrent

que nous sommes entrée

dans l'ère de l'anthropocène,

le temps où l'influence

des activités humaines

est décisive sur notre biosphère

et qui peut créer des bouleversements

tellement grands

que l'Humanité ne s'en remettra jamais

si nous ne changeons pas

à travers une nouvelle Révolution.

 

"Mensonges et damnation!"

hurlaient de plus en plus fort

les ennemis du fils du soleil.

"Ces suppôt de Satan

doivent être mis au bûcher

et brûler vifs pour pensées hérétiques."

 

Mais alors 666 rétorqua et corrigea

leurs paroles en se moquant d'eux:

"Pardon, Mesdames et Messieurs,

pensées érotiques et amoureuses.

C'est pour cela

que vous voulez nous brûler vifs

nous les insoumis à votre système.

nous les croyants et croyantes

d'une autre philosophie possible,

nous les travailleurs et travailleuses

sans relâche qui avons des idées,

de l'imagination, de la science,

de la poésie, de l'art, de la culture".

 

Alors nous attendions tous,

tels les enfants d'un temps messianique,

l'avènement de la VIème République

grâce à nos votes et notre volonté,

grâce à notre insoumission

à leur système dépassé et monstrueux,

une VIème République

qui fera des femmes et des hommes

de la Terre

tous autant que nous sommes

des citoyennes et citoyens

ayant la responsabilité de la planète,

la responsabilité d'entretenir les liens

amicaux, fraternels, unis entre les peuples,

entre les gens d'égale valeur,

d'égale condition humaine,

d'égale chance dans la vie.

Ce n'était pas l'avènement du communisme

au sens dogmatique du terme;

c'était la vraie liberté d'entreprendre

pour tous et toutes

des choses prodigieuses

qui aident l'être humain

à vivre dans une société respirable

sans terrorisme, sans guerre,

sans atrocités quotidiennes,

sans pauvreté définitive,

sans exclusion sociale.

 

Le chemin vers la VIème République

était long mais ils et elles suivaient la lumière

du soleil, de cette lumière chaude

qui agit sur les coeurs et les consciences,

et qui nous rend heureux, spontanés,

naturels, doux, et amoureux

de la vie, des gens,

des rapports humains

entre nous tous

au lieu d'être désespérés,

cyniques, individualistes, et sans avenir.

 

La VIème République arrivait

et si les êtres humains la plébiscitaient

par leur liberté et leur intelligence d'esprit,

alors les dieux étaient avec nous

et Satan, le vrai, pouvait retourner aux enfers.

Nous n'étions pas les enfants

de la haine, de la violence,

de la guerre, du crime,

du racisme,

du viol,

de la domination de l'homme par l'homme,

de la soumission des femmes à l'homme,

de la disparition de la planète

sous nos pollutions intempestives

qui ravageaient notre écosystème.

 

Nous étions les enfants de la dignité,

de l'égalité, de la fraternité, de la liberté.

 

Lire aussi ce poème magnifique qui a inspiré celui ci-dessus:

LE CINQUIÈME JOUR

 

ici:

https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard/blog/230417/le...

 

Les commentaires sont fermés.