24/04/2017

Vote insoumis obligatoire? Vote blanc comme la glace

(c'est craché promis, mon dernier avant le jeûne)

Paris la jungle continue.

La France passait à la fois

pour une grande malade

et le laboratoire du monde.

Les docteurs et doctoresses

se précipitaient à son chevet

pour endiguer les racines du mal

et trouver la recette

du retour à la santé du peuple.

 

La France avait un programme

préparé par le bon chirurgien Insoumis

entouré de doctoresses et de docteurs en lettres.

En face, il y avait le médecin du roi

et le charlatan du roi.

Et aussi la peste du roi.

Le bon chirurgien Insoumis

avait dit:

Si vous votez pour lui,

l'appendice déjà bien malade

se transformera en macronite aiguë

avec fort risque de péritonite.

Mais une partie du peuple

aimait déjà le charlatan

préfabriqué par la finance

qui promettait des cadeaux fiscaux

par milliers sous le sapin

des plus riches.

Il vantait la belle vitrine,

les filles sur les podiums,

les beautés de la Cour,

les artistes et les bateleurs

jouant avec cette Cour

droguées aux joujoux

et aux permissivités les plus vastes.

Tout resplendissait d'une lumière factice.

Tout respirait les bons parfums

et les bonheurs futiles.

La vitrine servait d'attrape-mouches

au peuple encore conquis

par ce mode de vie inaccessible

pour une partie d'entre eux

alors que la réalité du monde

explosait en plein Paris.

 Une autre partie du peuple,

qui ne se laissait plus prendre au jeu pervers,

ces rêves illusoires et pyrotechniques

des néolibéraux très fort en marketing

mais nul dans un environnement 

autre que la Croisière s'amuse

se précipita donc sur la peste brune

qui fondait sur le pays

à la vitesse des sept plaies d'Egypte.

 

Mais heureusement,

une autre partie de ce peuple résistait,

majestueuse, forte, intègre,

fidèle à la République et à ces idéaux d'origine.

 

Elle voyait bien la macronite aiguë

prendre de l'ampleur sur l'appendice

qui enflait et donnait la fièvre mortelle

au corps social.

C'était le choléra qui se propageait

tandis que sa vitrine s'exposait

toujours dans les médias,

toujours aussi belle et arrogante,

mais d'une beauté laide,

usurpatrice, scandaleuse,

hideuse, et corrompue.

Et pour l'accompagner,

cette peste toujours plus brune

et tueuse d'amour solidaire.

 

Le grand chirurgien s'apprêtait à opérer

et à donner les clefs de la République

à la France insoumise.

C'est alors que le peuple

préféra choisir finalement entre le charlatan

et la peste brune.

 

En 2017

#SansMoiLe7Mai

 

Derrière la vitrine de rêve,

Paris la Jungle

(réfléchis au futur autour du baobab

et reste avec la France insoumise)

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.