28/04/2017

Les filles de joie

Les filles de joie,

elles couvrent le pavé.

Nuit et jour,

elle courent, courent, courent,

après le client, après l'argent,

après le grand amour, un jour!

A nous la banlieue!

 

Les filles de joie,

elles sont toutes anonymes,

elles sont maltraitées

considérées comme des bouts

de chair par les hommes

comme les soldats

sont considérés

comme de la chair à canon.

A l'insurrection les centres-villes!

 

Il y a la tombe du Soldat Inconnu

sous l'Arc de Triomphe.

 

Paris!

Quand élèveras-tu une statue

en l'honneur

de la Fille de Joie inconnue?

 

Les filles de joie sont anonymes.

Elles déambulent dans les bordels,

descendent sur le trottoir,

montent et remontent l'escalier,

rendent la paix aux hommes malheureux,

donnent du plaisir éphémère,

et s'envolent dans les volutes

de fumée des bars

sans jamais être honorées

comme le Soldat inconnu.

 

"Oh ! la barrière de l'école

, les filles à soldats,

le piston du Salon de Mars,

l'absinthe dans les bouis-bouis."

(Alphonse Daudet, les Lettres de mon moulin)

"Oh les mecs par dessus l’calendo
qui se rincent la cloison

au Kroutchev maison"

(Pierre Perret, le Tord-boyau)

vous ne savez donc pas

qui est la fille que vous touchez

de vos mains baladeuses?

 

Paris!

Quand élèveras-tu une statue

en l'honneur

de la Fille de Joie inconnue?

Aux barricades, citoyens, citoyennes!

Les commentaires sont fermés.