30/04/2017

La révolution 2.0 et le peuple

La France ne sait plus à quel saint ou quelle sainte se vouer et pour tout dire, elle ne croit plus en Dieu pour sauver le pays.

Pour comprendre le vote blanc ou d'abstention du peuple français, il faut faire un effort d'imagination et remonter à 1789. Eh oui!

Imaginons nos révolutionnaires d'antan qui ne veulent plus d'un régime monarchique où, au lieu des pics et des fourches, et finalement l'horreur de la Terreur, ils et elles aient déjà eu le droit de vote sous un roi ou une reine dirigeant le pays à la dérive.

Revenons maintenant à 2017. Parmi la France insoumise, tous et toutes ont dit haut et fort que la monarchie constitutionnelle que représente la Vème République ne pouvait plus durer et qu'il fallait rendre au peuple le pouvoir par un programme et une nouvelle Constitution.

La finale n'opposera malheureusement pas le chef de fil des révolutionnaires à une personnalité de l'Ancien Régime. Qu'auraient fait alors nos aînés de 1789 face à ce choix qui est un non choix?

Ils auraient du composer avec une future Présidente au nom de Marine Le Pen, issue d'un parti fasciste, une Le Pen qui se présente plus sous les parures d'une reine à venir, une Dame de Fer prête à casser du syndicat et à régner en force à l'image d'une Margaret Thatcher qui, répétons-le au passage, sans être fasciste elle-même était tout de même l'amie précieuse de son cher dictateur d'Amérique du Sud, Augusto Pinochet, responsable de très nombreux crimes.

A la différence de cette Première Ministre du Royaume-Uni, Le Pen ne prône pas l'hyper-monarchie mondialisée (quoique Thatcher protégeait excellemment bien le Royaume-Uni) mais la monarchie française (qui aura ses ouvertures sur le monde à la façon Le Pen). 

L'autre choix impossible pour les révolutionnaires, aurait été Macron, le prince doré des multinationales et de la finance, des accords transatlantiques permettant à celles-ci de régner définitivement en maître en obtenant, entre autres procédés de toute-puissance, le droit de faire des procès aux Etats et de faire cracher les citoyens et citoyennes au bassinet en cas de victoire devant la justice... Mais quelle justice au fait? Nationale, Européenne, Américaine, Chinoise, Russe, hors-sol? Le monarque énarque, sosie de Nicolas Sarkozy ex héraut d'un gouvernement mixte avec ministres soustraits à la gauche et ministres de droite qui avait déjà eu l'idée le premier de puiser à gauche et à droite pour endormir le peuple. On a vu le résultat. Guère brillant. L'accroissement des inégalités n'a fait que prendre l'ascenseur sous Sarkozy et le peuple n'a plus voulu répéter l'expérience avec lui. Alors avec un homme qui présente l'incroyable double face d'être à la fois Hollande et Sarkozy peut-on sortir une créature propre à propulser la France et le peuple vers un retour à l'harmonie?

Les révolutionnaires de jadis ont été au bout de leur logique. Au moment crucial, ils n'ont pas reculé. Ils ont refusé au roi de continuer sa politique et la protection de sa Cour en prenant la bastille puis en sortant le roi de Versailles.

Voulons-nous l'élection d'un nouveau roi ou d'une nouvelle reine en accordant un vote citoyen à ces personnages? Où voulons-nous provoquer l'illégitimité du roi ou de la reine en refusant de donner un "oui" à leur candidature? 21,5% du corps électoral s'est abstenu au premier tour. La France insoumise a obtenu 19,6%. On peut ajouter 2% des votes pour Poutou et Arthaud. Imaginons qu'entre les électorats du PS et LR, 30% d'entre eux s'abstiennent au second tour ou vote blanc tant certains citoyens et certaines citoyennes de ces partis ne se reconnaissent pas du tout dans un des deux gouvernements proposés. Cela donnerait 10% de votes supplémentaires en faveur de l'illégitimité de Le Pen et Macron.

Au total, ce serait donc plus de 50% des Français et Françaises qui auraient refusé de porter au pouvoir un des deux candidats proposés. 

On peut toujours rêver et imaginer une destitution immédiate de l'un et de l'autre par manque d'adhésion populaire. Mais même si ce n'est qu'un rêve assez improbable, pour les insoumis et insoumises, il me semble logique de rester un ou une révolutionnaire qui ne donnera plus son vote aux candidats de l'Ancien Régime quelque soit le résultat final.

Marine le Pen gouvernera au pire comme Madame Thatcher mais elle aura en face d'elle une sacrée opposition Républicaine. Donc, elle chutera à un moment ou un autre. Quant à Macron, il n'arrivera pas imposer l'ubérisation de la France ni ne pourra donner le pouvoir intégral aux multinationales. Le peuple sera dans la rue, encore et encore. Et il devrait logiquement chuter à un moment ou un autre.

La Vème République est morte. Vive la VIème République.

A vous tous de jouer votre partition. Mais n'oubliez pas 1789 au moment de voter.

 

  

Les commentaires sont fermés.