30/04/2017

La révolution 2.0 et le peuple

La France ne sait plus à quel saint ou quelle sainte se vouer et pour tout dire, elle ne croit plus en Dieu pour sauver le pays.

Pour comprendre le vote blanc ou d'abstention du peuple français, il faut faire un effort d'imagination et remonter à 1789. Eh oui!

Imaginons nos révolutionnaires d'antan qui ne veulent plus d'un régime monarchique où, au lieu des pics et des fourches, et finalement l'horreur de la Terreur, ils et elles aient déjà eu le droit de vote sous un roi ou une reine dirigeant le pays à la dérive.

Revenons maintenant à 2017. Parmi la France insoumise, tous et toutes ont dit haut et fort que la monarchie constitutionnelle que représente la Vème République ne pouvait plus durer et qu'il fallait rendre au peuple le pouvoir par un programme et une nouvelle Constitution.

La finale n'opposera malheureusement pas le chef de fil des révolutionnaires à une personnalité de l'Ancien Régime. Qu'auraient fait alors nos aînés de 1789 face à ce choix qui est un non choix?

Ils auraient du composer avec une future Présidente au nom de Marine Le Pen, issue d'un parti fasciste, une Le Pen qui se présente plus sous les parures d'une reine à venir, une Dame de Fer prête à casser du syndicat et à régner en force à l'image d'une Margaret Thatcher qui, répétons-le au passage, sans être fasciste elle-même était tout de même l'amie précieuse de son cher dictateur d'Amérique du Sud, Augusto Pinochet, responsable de très nombreux crimes.

A la différence de cette Première Ministre du Royaume-Uni, Le Pen ne prône pas l'hyper-monarchie mondialisée (quoique Thatcher protégeait excellemment bien le Royaume-Uni) mais la monarchie française (qui aura ses ouvertures sur le monde à la façon Le Pen). 

L'autre choix impossible pour les révolutionnaires, aurait été Macron, le prince doré des multinationales et de la finance, des accords transatlantiques permettant à celles-ci de régner définitivement en maître en obtenant, entre autres procédés de toute-puissance, le droit de faire des procès aux Etats et de faire cracher les citoyens et citoyennes au bassinet en cas de victoire devant la justice... Mais quelle justice au fait? Nationale, Européenne, Américaine, Chinoise, Russe, hors-sol? Le monarque énarque, sosie de Nicolas Sarkozy ex héraut d'un gouvernement mixte avec ministres soustraits à la gauche et ministres de droite qui avait déjà eu l'idée le premier de puiser à gauche et à droite pour endormir le peuple. On a vu le résultat. Guère brillant. L'accroissement des inégalités n'a fait que prendre l'ascenseur sous Sarkozy et le peuple n'a plus voulu répéter l'expérience avec lui. Alors avec un homme qui présente l'incroyable double face d'être à la fois Hollande et Sarkozy peut-on sortir une créature propre à propulser la France et le peuple vers un retour à l'harmonie?

Les révolutionnaires de jadis ont été au bout de leur logique. Au moment crucial, ils n'ont pas reculé. Ils ont refusé au roi de continuer sa politique et la protection de sa Cour en prenant la bastille puis en sortant le roi de Versailles.

Voulons-nous l'élection d'un nouveau roi ou d'une nouvelle reine en accordant un vote citoyen à ces personnages? Où voulons-nous provoquer l'illégitimité du roi ou de la reine en refusant de donner un "oui" à leur candidature? 21,5% du corps électoral s'est abstenu au premier tour. La France insoumise a obtenu 19,6%. On peut ajouter 2% des votes pour Poutou et Arthaud. Imaginons qu'entre les électorats du PS et LR, 30% d'entre eux s'abstiennent au second tour ou vote blanc tant certains citoyens et certaines citoyennes de ces partis ne se reconnaissent pas du tout dans un des deux gouvernements proposés. Cela donnerait 10% de votes supplémentaires en faveur de l'illégitimité de Le Pen et Macron.

Au total, ce serait donc plus de 50% des Français et Françaises qui auraient refusé de porter au pouvoir un des deux candidats proposés. 

On peut toujours rêver et imaginer une destitution immédiate de l'un et de l'autre par manque d'adhésion populaire. Mais même si ce n'est qu'un rêve assez improbable, pour les insoumis et insoumises, il me semble logique de rester un ou une révolutionnaire qui ne donnera plus son vote aux candidats de l'Ancien Régime quelque soit le résultat final.

Marine le Pen gouvernera au pire comme Madame Thatcher mais elle aura en face d'elle une sacrée opposition Républicaine. Donc, elle chutera à un moment ou un autre. Quant à Macron, il n'arrivera pas imposer l'ubérisation de la France ni ne pourra donner le pouvoir intégral aux multinationales. Le peuple sera dans la rue, encore et encore. Et il devrait logiquement chuter à un moment ou un autre.

La Vème République est morte. Vive la VIème République.

A vous tous de jouer votre partition. Mais n'oubliez pas 1789 au moment de voter.

 

  

Sur ta peau

Est-ce une vague

qui se lève à l'horizon?

Est-ce un peuple

qui de toutes les façons

saura se libérer de la tyrannie?

 

Est-ce toi

qui me donne des ailes d'ange?

Et moi

qui te rend ton coeur d'amour?

 

Où irons-nous comme cela?

Au paradis?

Ou alors juste vers la Lumière?

En suivant la ligne d'horizon,

cette aube qui se lève

dans les coeurs de France,

nous aurons fait

de nos deux vies

rejetées dans l'obscurité

de leur monde cynique et glauque

une lumière, un phare,

une fanfare, un coeur philharmonique

qui fera de phi

notre sagesse

notre bonheur à venir

si un jour le peuple

se libère du joug des puissants

et retrouve sa joie

en dansant sous le soleil,

sur les plages,

dans les squares,

dans les petits bars

remplis de filles et de garçons

qui auront fait la Révolution

et gagner leur pari heureux

sur le désastre de ce monde mort.

 

 

Se positionner en aidant...la finance et les très riches? Non merci. J'ai donné.

Celles et ceux qui ont fabriqué le néofascisme de Marine Le Pen demandent aux Françaises et aux Français de voter pour ceux qui seront les bourreaux des lois sociales en France.

Aidés les gens à vivre en harmonie devrait être le but de nos sociétés modernes. Hors en les payant de manière à ce qu'ils ne puissent pas vivre heureux, en maintenant un Smic scandaleux, en soutenant que c'est en donnant aux grandes entreprises les pleins pouvoirs sur les accords patronats-salariés, la France de Macron se libère du devoir de protéger l'être humain au profit de la compétitivité. 

De l'autre côté, Le Pen fait semblant de soutenir le monde du travail en voulant casser l'Europe sans même engager un bras de fer avec Madame Merkel et l'Europe néolibérale. Elle veut aussi refermer les frontières, quitter l'Euro, retrouver la souveraineté de la Banque centrale française et non plus européenne. L'Europe sans la France ne survivra pas et chaque nation reprendra son destin en main.

Des deux projets ne sortira que casse sociale, révolte, voir guerre civile au pire des scénarios.

Entre un Macron dont personne ne sait d'où il vient, même pas le pape, si ce n'est qu'il fait du marketing pour la SA France et la victoire des grandes multinationales, et une Le Pen qui voudra appliquer les méthodes dures envers ses opposants quitte à pourrir les relations jusqu'aux haines menant à la guerre civile, il n'y a pas de chemin de sortie avec ce que la France propose comme présidence.

C'est désespérément une France qui perd avec ces deux-là. Tout miser sur la France des bien-portants en leur offrant encore de meilleures conditions et ignorer tous les petits qui triment pour enrichir les gros poissons et se détruisent eux dans leur santé et leurs relations sociales, c'est ce qui s'appelle le cynisme pur du financier et des actionnaires appliqué à plein régime. Tout miser sur la France des purs, des gens ultra-nationalistes, racistes, qui se croient au-dessus des autres, meilleurs qu'eux, et surtout propriétaire du territoire France parce que leurs ancêtres auraient été de purs aryiens gaulois jamais mélangés aux étrangers, jamais influencés par les autres cultures qu'une soi-disant culture et identité française, chrétienne, et monarchiste cela porte un nom, le fascisme pur des gens qui veulent la guerre et les conflits permanents avec celles et ceux qui ne sont pas comme eux.

Entre les deux projets, mon coeur reste glacial. Il saigne. Ce n'est pas dimanche prochain que nous aurons l'aube d'une nouvelle France. Ce sera peut-être dans les urnes pour les législatives si une bonne partie du peuple décide d'accorder sa confiance à la seule force d'opposition qui sera capable de dire non à Le Pen et à Macron en défendant son propre programme de toutes sa nouvelle énergie naissante. J'ai parlé ici du mouvement de la France insoumise, bien entendu.

 

 

29/04/2017

Macron tacle tout le monde, ils finiront par voter blanc...ou Le Pen

Emmanuel le Téméraire. C'est comme cela que j'ai envie de l'appeler désormais.

Il veut les soutiens de tous et de toutes mais tout le monde est renvoyé à sa case de parti, PS et LR, comme un chien ou une chienne. Il sait manier le fouet, l'Emmanuel. Il sait faire semblant d'être un grand gentil mais il fait de sa fragilité et de son oecuménisme un leurre pour attraper le gogo. Imagine-t-on le pape se mettre à dos l'intégralité de ces évêques en leur disant que leur paroisse n'est plus acceptée dans le gouvernement parce que le dit gouvernement va recréer une nouvelle majorité sans eux?

Je sens les piqûres du cobra et certains qui iront voter pour Marine Le Pen. Dupont-Aignant le Saignant étant le garant de la France Républicaine pour Le Pen qui se distancie pour sa part de son parti, des gens proches de Fillon seront largement tentés par le vote Le Pen. Et puis à gauche, petite vengeance toute socialiste, ils y en aura qui voteront blanc tellement déçu que Macron les prend tellement de haut... On en a eu un aperçu avec leur attitude envers Jean-Luc Mélenchon.

La France insoumise, préparez-vous plus que jamais à assumer le rôle d'une opposition très sérieuse à la possible future présidente. Il y aura des instants d'une intensité dramatique assez folle...

 

Combien d'années vous faudra-t-il?

Il y a longtemps

que je vous attends.

Mais jamais, jamais

vous n'avez franchi le seuil

de la rencontre

depuis notre téléphone,

ce téléphone que je déteste

parce que j'aime la rencontre

avec les vrais gens

et pas ce truc

qui fait écran

à nos visages.

 

Je suis téléphonobe

depuis si longtemps.

Même si je parle

dans ce truc de temps en temps,

ma petite amie,

mes enfants,

ma famille,

ne m'y entendent

presque jamais

parce que je ne l'aime pas.

Et que je préfère les messages.

 

Et vous?

Je ne vous entends jamais.

Ni rendez-vous,

ni prise de parole,

ni la moindre relation

qui me dit que nous vivons

ici sur la même planète.

 

C'est comme si j'habitais

sur Mars

et que seules les ondes

me reliaient à vous.

C'est triste à mourir.

Et la mélancolie

est tout ce qu'il m'est resté

pour dire mon mal être,

pour construire

ces petits billets

qui ont surgi

d'un malentendu d'origine

entre vous et moi.

 

Je ne suis pas un sale type

qui a mis sa femme sur le trottoir.

Je suis un homme libre

qui ensemble avec elle

avons cherché à nous en sortir

pour changer notre vie

qui s'enfonçait dans les dettes,

dans les fins de mois trop difficiles,

dans l'ignorance des services sociaux

qui nous ont laissé à la rue

sans nous porter secours

ne serait-ce que pour

un appartement subventionné

pour enfin faire face

aux impôts qui nous tombaient

sur la figure tous les mois

que l'Etat démocratique

fabriquait pour nous.

 

Trois mois de vie hors norme.

Trois mois qui ont condamné un homme.

 

Si vous ne croyez pas

à l'abandon par ce monde néolibéral,

ma famille, elle, le sait que trop bien.

Si vous croyez que nous sommes

une exception, un accident,

vous vous trompez lourdement.

 

Combien de familles laissées

dans la dèche,

d'enfants vivant le mal-être

au sein de leurs parents

qui se déchirent

pour des histoires d'argent

parce que l'argent manque,

l'argent manque

tout simplement

pour faire face aux charges,

aux factures,

aux impôts.

Combien de femmes

qui se prostituent en cachette

de leur mari

pour faire bouillir la marmite familiale

dans nos pays qui portent

au fronton

Liberté

Egalité

Fraternité?

Combien de temps

va encore durer ce scandale

que bientôt tout le monde

trouvera banal?

 

Vous n'avez aucune leçon

à faire au poète

si votre morale

n'a pas de conscience.

Puisque ce monde actuel est amoral,

cynique, criminel,

honteux, individualiste à l'extrême.

 

Et la guerre que vous menez, alors,

contre les pauvres?

Et Rocco qui monte le tapis rouge?

Combien cet ange du plumard

a-t-il consacré à la pornographie?

Combien a-t-il donné

aux femmes

un peu de leurs fantasmes,

un peu de folie extrême

de s'envoyer en l'air

le temps de vivre

leur érotisme?

 

Non. Pas de morale,

s'il vous plaît,

quand une famille est en danger

à cause de cet abandon

que la société lui signifie

en gardant ce silence effroyable.

 

J'ai toujours travaillé

comme un fou, comme un dératé.

J'ai toujours voulu rattrapé

les dettes qui n'arrivent jamais par hasard

mais les dettes

couraient bien plus vite que moi.

 

Alors aujourd'hui que le monde

peu à peu s'enfonce,

peu à peu se déchire,

peu à peu se fracasse

sur la haine des uns et des autres,

j'ai ces milliers de lettres,

ces millions de mots,

d'amour et de passion,

ces images,

ces poèmes,

qui végètent dans la nuit

de la Toile.

 

A part les gens

qui me suivent,

à part celles et ceux

qui ont compris

et viennent prendre

ce qu'ils ont envie de prendre,

le public ne connaît

rien de ce monde englouti

qui dort là

tout tranquillement,

absent à l'agitation du monde.

 

Si je meurs,

promettez-moi au moins

que vous en ferez bon usage

et non une exploitation,

une expropriation,

une déviance,

pour un projet quelconque.

 

Mon travail est libre.

Il est offert à tous,

Il ne peut être récupéré

pour une idéologie quelconque.

Il est offert aux gens

comme des gouttes de sang

qui redonnent la vie,

la conscience,

l'amour de la vie et des gens.

 

Voilà.

Pour le moment,

je suis encore en vie.

La rencontre est encore possible.

Plus tard, il sera trop tard.

 

Nous reste la musique

qui nous console,

nous les pauvres.

 

Je vous quitte

avec le plus grand poète

de notre temps démocratique

et cette petite musique

qui hante nos vies.

 

La Mort des pauvres, Charles Baudelaire

 

C'est la Mort qui console, hélas ! et qui fait vivre ;
C'est le but de la vie, et c'est le seul espoir
Qui, comme un élixir, nous monte et nous enivre,
Et nous donne le coeur de marcher jusqu'au soir ;

A travers la tempête, et la neige, et le givre,
C'est la clarté vibrante à notre horizon noir ;
C'est l'auberge fameuse inscrite sur le livre,
Où l'on pourra manger, et dormir, et s'asseoir ;

C'est un Ange qui tient dans ses doigts magnétiques
Le sommeil et le don des rêves extatiques,
Et qui refait le lit des gens pauvres et nus ;

C'est la gloire des Dieux, c'est le grenier mystique,
C'est la bourse du pauvre et sa patrie antique,
C'est le portique ouvert sur les Cieux inconnus !