11/05/2017

Quartiers populaires, le vaste abandon

L'argent publique circule en France mais à la façon d'un circuit fermé.

Les "meilleurs quartiers" sont bien dotés en infrastructures, en instituteurs et institutrices chevronné(e)s, alors que les quartiers dit "à risques" ou "sinistrés", comme si des séismes fictionnels se déroulaient dans ces zones de façon fatale et naturelle, sont prétérités et précarisés de fait par décision de l'Etat français et de ceux qui le gouvernent.

Ce vase clos où l'impôt des riches retourne systématiquement en faveur des riches, plus grave encore, où les niches fiscales et l'optimisation fiscale de certains riches permettent une très grosse soustraction d'impôt tout en ayant droit, vivant dans les "bons" quartiers, à un retour important sur l'impôt pour les infrastructures et la qualité scolaire des enfants, est une grave perversion du système républicain et une abomination, une ségrégation sociale là où l'impôt devrait être un régulateur, un faiseur de plus d'égalité des chances, un moyen de permettre aux jeunes et aux moins jeunes de réussir leur futur au lieu de se morfondre dans un no futur et de finir parfois dans la petite jusqu'à la grande délinquance pour certains et certaines d'entre eux.

La couleur du porte-monnaie est donc bien établie en terre de France et c'est un gros scandale dans un pays qui se prétend, jusqu'à preuve du contraire et par sa Constitution, démocratique.

Ne pas vouloir en parler, rejeter la faute sur les habitants des quartiers, c'est exactement la même chose que de faire ce que les Afrikaner faisaient avec les Noirs: soit déterminer d'avance que la couleur des quartiers n'a pas la bonne couleur, que de fait les banlieues sont inférieures aux quartiers riches parce qu'elles ne produisent pas les élites, et que finalement la "race du quartier populaire" n'a pas à être protégé, aidé, organisé, de façon à ce qu'elle puisse avancer à la même vitesse que la "race des quartiers riches" qui est l'élite du pays, la France qui réussit, la France qui se pavane sur les plateaux TV, la France qui fait le bonheur des magazine People, la France qui s'exporte et voyage dans le monde entier.

Macron Bidon ou Macron le Bon? Certains et certaines n'attendent rien de lui et s'organisent déjà pour créer un vrai rapport de force afin de changer enfin la donne. Au passage, la critique faites aux insoumis et insoumises qui sont en train de proposer des candidats et candidates aux législatives venant presque tous des quartiers riches et blancs, et parachutés dans les quartiers de banlieues doit absolument être prise en compte par Jean-Luc Mélenchon et les cadres du mouvement s'ils veulent réussir le pari d'être majoritaire à l'Assemblée nationale...

Voir ici ce passionnant débat sur Médiapart:

https://www.mediapart.fr/journal/france/100517/les-quarti...

 

Les commentaires sont fermés.