24/05/2017

Des bruits de bottes dans le landerneau et à Landerneau

 

Au village,

le juge avait prononcé le verdict:

"Il était irresponsable."

 

On n'est pas sérieux

quand on a 17 ans.

 

On est très bavard avec les SS.

On collabore avec la Gestapo.

On se fait l'ami de l'ennemi.

Et on vend la peau

des résistants du peuple

à l'ennemi juré.

 

Mais on n'est pas sérieux

quand on a 17 ans.

 

On devient plus tard

l'épicier le plus puissant

de la France néolibérale

et on reçoit la Légion d'honneur

dans ce pays qui n'a plus d'honneur

sous les présidences Sarkozy et Hollande.

 

On ne se souvient plus

de François Pengam

"Franchic" pour les intimes

jeune résistant au nazisme de 19 ans,

torturé, disparu, fusillé,

démembré ou brûlé, enterré

quelque part sur la terre de France.

 

On est devenu le maître

de la surconsommation,

le discounter au sommet

du CAC 40.

On est le fils de l'homme

et on condamne fermement 1789

et l'homme de fiction de 2017

tandis que son propre père 

s' acoquinait hier avec les SS.

 

Le fils qui aujourd'hui

se tient au sommet

de la Ripoublique Economique Mondiale.

 

Il n'y a pas de cause à effet.

On ne naît pas criminel

de père en fils

surtout si l'Etat lui-même absout

le jeu trouble de la famille

et distribue la Légion d'honneur

au même titre qu'à un certain roi

de la Charabia d'Arabie.

 

On ne naît pas criminel.

On le devient pour une orange volée

chez l'épicier Leclerc.

 

On ne naît pas révolutionnaire.

On le devient par force d'idéal.

Aujourd'hui,

Il n'y a qu'un effet papillon permanent

pour déclencher la révolution de 2017.

 

Carmen

 

20160915_0024222222.JPG

Il était une fois François Pengam

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/le-passe-trouble...

 http://francois.pengam.1944.free.fr/

http://www.gauchemip.org/spip.php?article12994

Les commentaires sont fermés.