26/05/2017

Nucléaire suisse: bonne nouvelle Mr Mélenchon mais...

Nous, Suisses et Suissesses, nous détenons un record mondial peu enviable. Jean-Luc Mélenchon ne l'a pas mis en évidence dans son intervention de la semaine su sa chaîne You Tube.

Les Suisses et Suissesses ont d'abord voté pour une sortie "immédiate" du nucléaire en 2029 http://www.tdg.ch/suisse/suivez-direct-resultat-votations... initiative rejetée de peu (54%) le 27 novembre 2016 (oui, les Suisses votent beaucoup pour donner une orientation au gouvernement qui les dirige).

La nouvelle votation de dimanche dernier, c'est pour une sortie du nucléaire à l'horizon de 2050 https://www.uvek.admin.ch/uvek/fr/home/energie/strategie-... ainsi que l'interdiction de nouvelles centrales nucléaires sur notre territoire.

C'est une bonne nouvelle pour une mauvaise nouvelle. Nous avons deux épées de Damoclès qui planent sur nos têtes (pas besoin de la France pour se mettre en danger):

Première épée atomique: Beznau I et II sur l'Aar (fleuve helvétique). Année de naissance: 1969 et 1971, juste après Mai 68... prévues pour 40 ans d'exploitation, en fonction depuis 48 et 46 ans...et plus de date limite d'exploitation.  

Deuxième épée atomique: les centrales un peu plus récentes de Gösgen, 1979, et Mühleberg, 1972, pas loin du tout de nos vénérables grand-mères radioactives de Beznau.

Au final, le parc nucléaire suisse est le plus ancien du monde et il va être exploitable au-delà des années 2020 (jusqu'en 2030 voir davantage puisque horizon 2029 a été refusé du peuple?).

Pour la petite histoire, nous Suissesses et Suisses possédons des bunkers privés dans chaque bâtiment sensés nous faire survivre à une attaque nucléaire...un auto-goal de notre part étant de moins en moins impossible... Et pour nous rassurer sur le risque, notre cher Conseil fédéral et notre cher Parlement ont alloué à notre population un budget militaire national pour des comprimés de iodure de potassium 65 distribués nominativement dans chaque foyer helvétique.

20170526_164100.JPG

Donc, cher Jean-Luc, nous voilà bien protégés par notre Etat et notre pharmacie militaire. Si vous, la France, ne connaissez ni les bunkers ni les petites pilules qui rassurent, vous serez, en cas d'accident gravissime qui se déroule chez nous, les premiers condamnés par la contamination radioactive qui ne connaît ni les frontières ni le racisme tandis que nous, nous mourrons plus tard à petit feu sur notre territoire majestueux condamné pour des centaines d'années (la Suisse n'est pas un grand pays mais un petit pays sauf si grand signifie que son économie est forte et que sa culture est florissante...). Priez, même si vous êtes un athée pur et dur, pour que le ciel soit avec vous et que le vent de ce jour maudit souffle d'Ouest en Est pour épargner la France de la première vague de radioactivité. Malheureusement, ceux de l'Est feront alors la même prière inverse pour être protégé au mieux de la malédiction.

Soyons un brin optimiste. Les Suisses sont hyper méticuleux sur leur lieu de travail. On est en droit d'imaginer qu'aucun accident d'origine humaine ne soit possible même si le risque zéro n'existe pas. Quant à un acte terroriste, un tremblement de terre, ou que sais-je une météorite ou la chute d'un avion, il est évidemment de l'ordre de l'imprévisible.

Enfin, petit détail, nous payons encore et toujours en francs suisses et non en euros nos factures d'électricité. Mais Napoléon l'aurait dit: on pourrait encore annexé la Suisse pour ses idées. Macron le fait déjà à sa sauce néolibérale. La France insoumise pourrait le faire de façon humaniste et écologique. On attend la fin juin pour savoir si le débarquement des Insoumis et Insoumises prend l'avantage au parlement et que vous devenez Premier Ministre de la nouvelle France révolutionnaire.

Je vous souhaite bonne chance. Eviter la case neuve. Elle ne vous aime pas beaucoup et risque encore de vous trouver quelques arguments pour vous jeter en prison un de ces jours. Nelson Mandela en a pris pour 26 ans. Cela risque de vous vieillir considérablement.

Bien amicalement.

Carmen

 

Les commentaires sont fermés.