31/05/2017

Alexis Corbière: c'est piquant...mais il manque la colle

Je suis peut-être un assassin

un homme de l'ombre

qui a ruiné sa famille

à trop jouer avec le feu.

 

Je suis peut-être un ange séraphin

un homme de lumière

ayant trouvé sa nouvelle maison

et celle qui sera son plus beau feu.

 

Je suis tant et tant de choses

parce qu'une vie est sinueuse

comme l'escalade risquée au sommet

d'un Everest sentimental.

 

Je suis aussi insoumis

qu'un hors-la-loi

et aussi vagabond

que Rimbaud ou Baudelaire.

Mais je ne possède ni le vocabulaire

pour faire illusion

ni la syntaxe bourgeoise

pour faire démonstration.

 

Et pourtant ça colle et c'est piquant

tous ces souvenirs au temps

de l'insoumission

sur le beau lac Léman.

Et pourtant ils m'ont tous sorti

du circuit médiatique

car la ville te vole toujours les rêves

de ton innocence érotique

pour les remplacer

par le cynisme et la froide pornographie.

 

Alexis, c'est piquant

toutes ces affaires mutuelles

d'assassinats politiques

entre gens de bonne bourgeoisie.

Alexis, c'est piquant

mais ça manque de colle,

de celle qui te scotche à ton écran

pour revivre des émotions vraies,

un temps du peuple,

le temps des cerises

où ta belle se faisait romantique

dans un torrent érotique.

Je croyais vivre en ce printemps

un nouveau temps

mieux que Mai 68.

Me voilà retomber en Mai 58

un an avant ma naissance,

donc inexistant et mort

mais en devenir...

 

La marche militaire de Macron

dans un véhicule Jeep.

Le garde-à-vous d'En Marche

les flonflons, le bal musette,

et les accordéons.

 

Mais la France insoumise,

elle, sera encore dans la rue.

Parce que ça manque toujours

de colle et d'adhésion

au programme de la France insoumise.

 

C'est peut-être la toute dernière chance

de faire la Révolution avant la fin.

Pierre Bachelet chante

si bien la ruine de la Ville

sur les hommes qui s'agitent

en vain et pour rien

au milieu des foules.

 

Je suis un assassin.

Mais je suis aussi un ange séraphin.

Je suis un homme.

Et ma vie parle pour moi.

 

Alexis, revenez au plancher des vaches

et faites-nous rêver de ce nouveau monde

qui n'arrivera jamais sans la volonté populaire

d'un peuple voulant changer le monde.

Ne plus en rester aux mesquineries quotidiennes,

aux comptes d'apothicaires, aux mauvais jeux de mots

qui engendrent les mauvaises polémiques

et le retour aux vieilles politiques.

 

La fin des rêves sonnera toujours la fin des Révolutions

et les débuts d'un régime réactionnaire.

 

 

Les commentaires sont fermés.