06/06/2017

Emmanuel Macron va l'emporter. Tendez les micros à mon cheval ou à mon chien.

Faut-il vous écrire

à vous Jean-Luc Mélenchon

des mots doux amers

que vous ne savez plus porter,

des mots heureux en vogue sur la mer

que vous ne savez plus trouver,

des mots bonheur de père

qui ont déserté votre voix?

 

Le Président va tout gagner

dans un raz-de-marée général.

Le Président aura les mains libres

et ce sera encore dans la rue

que les coups se prendront.

 

Les gens que vous défendez

peuvent-ils comprendre

votre second tour ronchon d'élection?

Les gens qui ne supportent plus

les brimades et les contraintes,

les silences et la répression,

l'isolement et l'exclusion,

l'abandon social et le déclassement,

le cynisme et la criminalité des puissants,

pourront-ils vous dire merci

d'aller risquer de se faire casser en deux

dans la rue

pour exprimer librement

ce qui aurait du être exprimé

en majorité dans les urnes

de façon radicale mais civilisée?

 

Si Marine Le Pen

est l'alibi des puissants

pour se faire élire,

êtes-vous, vous, Monsieur Mélenchon,

l'alibi du peuple

pour se faire mépriser,

humilier, détester, haïr

encore plus des gens

qui se portent bien?

 

Vous voulez défendre

les idées novatrices de la France insoumise

à l'Assemblée nationale?

Foutaise!

Elles seront jetées aux orties

par la majorité macronienne.

 

Vous voulez empêcher quoi

en montant à la tribune

et en vous faisant siffler copieusement

par les députés et députées majoritaires?

Foutaise!

Vous serez au cirque médiatique

pendant que nous serons dans la rue

à prendre les coups de trique.

 

Les idées avancent

toujours dans le sens du plus fort.

Et vous le savez que trop bien.

Et nous ne sommes pas devenus

collectivement les plus forts.

Nous restons lamentablement faibles,

divisés entre mille chapelles radotant

ses mille refrains intellectuels

qui ne servent à rien de plus

qu'à faire mirer l'intelligence

d'un intervenant ou d'une intervenante.

Branlette intellectuelle

tandis que la matraque s'abat

sur le militant ou la militante.

Branlette intellectuelle

tandis que le manifestant

étouffe sous l'effet des gaz lacrymogène.

Branlette intellectuelle

tandis que les victimes

baigneront dans leur sang.

 

Pourquoi avoir gâché ce second tour

vous tous de la Gauche effacée?

Pourquoi la force juvénile

qui devait faire plier

les ultra-libéraux

est-elle devenue si mesquine et si veule,

si ratatinée dans sa chapelle sectaire,

si gonflée dans son lyrisme

et ses savantes études universitaires?

 

Des femmes et des hommes souffrent;

9 millions de pauvres en France,

c'est plus que le score de la France insoumise!

Et ces pauvres, collectivement,

auraient pu être du second tour de la Présidence!

9 millions que l'on continuera à oublier

dans une France qui s'écharpe

sur les réseaux sociaux

à travers des commentaires dignes

du fascisme et du totalitarisme

les plus exécrables.

 

L'air de France est vicié,

pourri jusqu'à la moelle épinière.

La colonne vertébrale du civisme

va s'effondrer et tout va se jouer

dans la castagne de la rue.

 

Les gens ont la haine!

Les gens veulent l'amour

mais ils ont la haine!

Les gens ne veulent pas être des bisounours.

Ils veulent être respectés et entendus.

Ils veulent qu'on les écoute

et ne pas entendre en boucle

le dernier disque de Jean-Luc Mélenchon,

(et encore moins celui de Marine Le Pen)

la coqueluche des foules

qui a perdu son statut de rock star

à cause de 600'000 voix près.

 

Les gens méritent mieux que le silence

dans lequel on les maintient.

Monsieur Jean-Luc Mélenchon,

vous avez été leur porte-voix,

leur porte-parole,

leur porte-chance,

et voilà que votre numéro

ne remportera rien d'autre

que de l'amertume et de la tristesse

dans les coeurs et les esprits.

 

Vous vous deviez

de les rendre existants,

ces gens

aimables, innovants, combatifs,

heureux, fiers de leur combat.

 

Les jours heureux attendront.

Ce sera encore gaz lacrymogènes

et grenades de désencerclement

pour les plus courageux et déterminés.

 

Un budget pour les chrysanthèmes

sera voté à l'Assemblée Nationale.

Un autre sera réservé

pour l'édition des poèmes

à la gloire de la révolution insoumise.

C'est Madame Soleil

qui l'a écrit dans son horoscope.

 

Tendez les micros

à mon cheval ou à mon chien.

Mon chien restera muet;

mon cheval opinera du chef.

 

Après le cri final,

reviendront les mots délaissés

quelque part sur ce blog.

 

Jean-Luc Mélenchon,

les serviettes et les torchons

cela fait toute la force d'un peuple.

Le torchon brûle

alors que les serviettes s'affairent

pour gagner encore plus de pouvoir.

 

Carmen

 

Les commentaires sont fermés.