07/06/2017

Quand Sarkozy se trouve un sosie président

Nicolas Sarkozy, avec un certain temps de retard, se retrouve dans Emmanuel Macron.

Pourtant cela fait des mois que nous avions dit que Macron était le nouveau Sarkozy. Si l'ex-président français lisait ce blog avec intérêt il aurait pu y puiser l'info. Emmanuel Macron a en effet le charisme, la séduction, et la ferveur de Nicolas Sarkozy...en mieux (comme le pense Sa Majesté Sarko elle-même...ou en pire, c'est selon l'humeur du jour du tenancier de ce blog).

Emmanuel Macron fait un sans faute y compris en dévoilant sa feuille de route pour tailler au karcher le Code du Travail...en mieux (pour les néolibéraux)...en pire (pour celles et ceux qui comprennent que donner toute la liberté aux patrons de négocier eux-mêmes avec les employés c'est donné l'avantage définitif aux pires d'entre les requins pour sucer le sang et écraser les salariés sous le poids de leur domination et entraîner les autres patrons à faire de même pour éviter leur perte de compétition...et la fermeture à terme de l'entreprise entraînant du coup un chantage permanent sur les travailleurs et travailleuses sommées d'accepter les salaires à la baisse ou stagnant à long terme ainsi que les heures supplémentaires non rémunérées.

Mais il paraît que le roi Macron est aimé du peuple qui pense avoir trouvé en lui un magnifique prince charmant aux canines portant l'image d'un coeur en bandoulière et l'inscription "I love You!" Jésus réincarné en vampire. ça le fait à notre époque! La télévision nous a appris comment aimer les vampires romantiques qui vident de leur sang les pauvres humains pour mieux survivre et devenir immortels...

Pendant ce temps, la Méluche se croit encore en campagne présidentielle et donne du "je" en veux-tu en voilà sur les chaînes TV. Hors, il me semble qu'une campagne législative ça se joue d'abord sur le "nous" et la force du mouvement "l'Avenir en commun" ou la "France insoumise" ou "Nous les insoumis et les insoumises". J'ai jamais fait de campagne politique mais enfin si j'étais le "Spinnaker" de Jean-Luc, qui ne me lit pas non plus d'ailleurs, je lui dirais que par respect pour toutes celles et tous ceux qui font la campagne des insoumis et insoumises sur la scène ou dans les coulisses, il devrait utiliser urgemment le "Nous" avec force et conviction. Parce que ce "je" mélenchonien fait penser qu'il est toujours en course pour la présidence et qu'il retarde d'une guerre. Et quand on se ringardise à force de macérer son amertume et son blocage sur les fameuses 600'000 voix près (C'est quand même un bon paquet de gens qu'il fallait réussir à convaincre avant la date limite du premier tour présidentiel), il y a des remises en question qu'on oublie. 

Pourquoi ne pas dire quelques mots pour celles et ceux qui disent être déçues, voir cocufiées durant ces dernières semaines afin de les ramener vers la France insoumise? Pourquoi garder ce silence sur celles et ceux qui ont quitté le magnifique navire de l'Avenir en commun parce qu'ils et elles n'ont pas supporté le nouveau visage brutal du Capitaine Mélenchon? Pourquoi persister dans ce "Je" qui n'est plus de saison ni de bon aloi? Jean-Luc, vous n'êtes pas élu président. Vous êtes le capitaine d'un navire qui s'appelle La France Insoumise sur lequel sont montés des femmes et des hommes qui travaillent à un "nous" pour révolutionner la France. Et si vous déchirez le coeur de votre spinnaker par votre comportement trop ego centré et trop ronchon, je crains que le bateau sans son spi n'avance pas très loin en direction de  l'Assemblée Nationale.

"Du vent, du balai". Je crains hélas que c'est ce que vous me répondriez en direct si je vous disais ces quelques mots face à vous.

Toute vérité n'est pas bonne à dire. Mais mon coeur reste du côté des insoumises et insoumis. Et si Macron fait du Sarkozy en pire, alors mon coeur sera forcément des manifestations à venir au côté des insoumis et insoumises qui seront à la proue des cortèges afin de les protéger de mon corps et de mon esprit. 

Mon nom de scène est désormais Carmen. Mais chut, ce nom n'existera sur la scène réelle de l'actualité que si Emmanuel Macron, Pierre Gattaz et tout le gratin des néolibéraux n'ont pas compris qu'il vaudrait mieux pour eux d'éviter de passer au karcher la Loi Travail qui est l'oeuvre originale de la racaille révolutionnaire hugolienne s'étant sacrifiée pour les générations futures. Carmen sait lire et sait reconnaître l'ivraie du bon grain. Carmen sait aussi se mettre en tête des révolutionnaire en gardant son "je" pour elle secret parce que c'est un homme qui sait aussi se mettre à la place des femmes et des minorités que l'ont a bafoué au fil de l'Histoire de l'Humanité.

La poésie est partout et c'est elle qui nous met le sang en ébullition. 

 

Les commentaires sont fermés.