11/06/2017

Hamon coule, Mélenchon surnage

Les deux hommes qui pouvaient faire gagner la "vraie" gauche se retrouvent dans des situations très difficiles à la suite du premier tour des législatives.

Benoît Hamon a déjà du jeter l'éponge et subit la Bérézina dont ce blog avait prévu l'issue depuis fort longtemps si Hamon persistait à faire les yeux doux aux libéraux du PS au lieu de rejoindre la France insoumise tout en lorgnant déjà du côté de Macron pour un second tour présidentiel catastrophique tout en faveur d'En Marche.

Jean-Luc Mélenchon perd à peu près la moitié de l'électorat de la France insoumise en chemin. Les moineaux ont bouffé les miettes de pain et le Petit Poucet de gauche reste entre les mains de l'ogre Macron qui est en marche avec ses bottes de sept lieues. Mélenchon n'est même pas sûr de l'emporter au second tour face à Corinne Versinni. Patrick Mennucci pourrait bien réservé, avec son réseau marseillais, une grosse farce et attrape, une sorte de fête très amer de la Saint-Valentin, bouillabaisse comprise, au candidat de la France insoumise en renvoyant dans les cordes le parachuté de Marseille et en demandant à ses électeurs et électrices de voter massivement Corinne Versinni, la candidate d'En Marche lors du second tour dans une semaine.

Une Assemblée nationale avec plus de 400 député(e)s REM et une centaine de LR. Et peut-être, cerise noire sur le gâteau pourri, un groupe parlementaire France insoumise fantôme par manque d'élu(e)s et en plus sans Jean-Luc Mélenchon, on appelle cela comment? Un Waterloo, mon général? 

Quelle débâcle! Et avec ça, un taux d'abstention de plus de 51%! Vive la République! Vive la France! Vive la Révolution citoyenne!

Plouf!

 

Les commentaires sont fermés.