13/06/2017

Président Macron, l'égalité et la fraternité n'entravent pas la liberté!

Mauvais prof au tableau noir, Emmanuel Macron fera un mauvais président. Sauf à réviser ses cours de philosophie.

Le joueur de tennis amateur qui sautille sur les marches de l'Elysée à l'image d'un sportif aguerri ne mesure pas l'ampleur de sa future défaite.

Si j'extrapole votre condition de Français devenu Président en transposant vos origines "ailleurs", étant né alors dans une famille pauvre, étrangère, de confession religieuse ostracisée par la vindicte populaire qui ne supporte plus l'extrémisme de certains dogmatiques et se révolte contre les attentats des illuminés de la secte apocalyptique portant le nom islam, que vous auriez alors réalisé l'exploit extraordinaire de devenir le président de tous les Français et Françaises par vote démocratique (au-delà de 50% de participants et participantes), diriez-vous tant pis pour tous les autres qui n'ont pas réussi comme vous?

Si votre notion de la liberté se résume à dire en une minute a des enfants de sixième que celles et ceux qui arrivent au sommet méritent toute leur place et rien que leur place et que tous les autres qui ont échoué à des places loin du mérite sportif ou intellectuel atteint et dû trop souvent exclusivement à la chance d'être nés dans des familles bourgeoises de haute lignée vous voilà bien loin de la vérité démocratique d'une société telle que je me la représente. 

L'égalité n'entrave jamais la liberté. Elle la sublime avec grâce et volonté. Ce qui l'entrave ce sont des lois iniques qui privilégient toujours les plus riches et les sauvent de toutes les situations, grâce à l'argent public, même lors d'escroqueries honteuses et généralisées par le système capitaliste pour cause de "Too big too fail". Remember 2008.

L'égalité n'entrave pas la liberté. Elle lui donne de l'altitude, lui donne les ailes de sa beauté et de sa bonté. Ce qui entrave la liberté c'est l'exploitation des plus faibles, les abus de pouvoir et la domination outrancière des milliardaires et des millionnaires sur les gens, le chantage permanent sur les salariés, l'arrogance de l'entreprise qui soudain, grâce à un Président obtenant les pleins pouvoirs, peut édicter sa propre loi travail en plus de l'optimisation fiscale, la fuite des capitaux vers des paradis fiscaux, et la renonciation (définitive?), têtes baissées, des gens humiliés par un pouvoir hyper puissant, des gens qui renoncent démocratiquement à abolir ce système corrompu et pourri jusqu'à la substance d'origine de cette ancienne Droite humaniste disparue dans les méandres du monstre, cette droite ringardisée consciente de ses droits mais surtout consciente de ses devoirs envers les plus faibles d'entre nous. Il n'y a pas de Droite juste, équilibrée, et libre sans égalité et fraternité. Une Droite qui revendique son nombrilisme, sa liberté absolue de s'enrichir au détriment des plus faibles, en ignorant le principe démocratique qui veut que le plus fort entrave beaucoup de sa puissance au profit du plus faible au nom de la solidarité, de l'égalité, de la fraternité, de la démocratie, est une droite de dictature et pré-fasciste.

En une minute top-chrono, vous avez fait tomber le masque de l'ultra-libéralisme. "Si tu y arrives, t'es un champion et t'auras toute liberté de t'adonner à la toute-puissance financière. Si tu perds, tant pis pour toi. Tu resteras déclassé, sans perspective d'avenir, exclu de notre système".

Comment faire jouer la fraternité entre gens du même pays en ce cas-là? J'y vois plutôt deux camps qui s'affrontent et se haïssent. Ceux qui vivent au paradis et qui ne veulent rien lâcher en ayant toujours plus d'emprise sur la société. Et ceux qui sont en enfer et qui ne veulent rien lâcher en étant toujours plus marginaliser et criminaliser par votre propagande ultra-libérale. Entre les deux, c'est coup pour coup et tant pis pour la démocratie et la liberté. La fraternité attendra des temps meilleurs.

DAB!

 

Les commentaires sont fermés.