16/06/2017

Situation germinale

Pas moyen de faire mieux.

Pas moyen d'organiser

une vie hors de ce système

reléguant les gens

dans les profondeurs de leur déclassement.

 

Au bal musette

c'est ton bal des sucettes

qui me fout le spleen

et moi qui suis l'allumette

foutant le feu à ton carpet clean

sentant l'hygiénisme cynique

de notre temps terrible.

 

La fille d'à côté pourrait faire le job

mais elle ne pourrait pas

nourrir ma peine et ma joie

de t'avoir rencontré sur mon chemin

de gitan mélancolique et romantique.

 

La fille d'à côté ferait comme toi

mais il manquerait le piment du coeur

qui donne l'illusion

que l'autre est tout pour soi

et que le bonheur va s'éclairer

à la lumière de l'amour

et des sentiments profonds.

 

Au bal des musettes dopées

des hommes vident leurs sacs

dans ta bouche d'amour

et je fais pourtant de la bicyclette en tandem

pour qu'on se dise ces mots affreux

que je t'aime

que tu m'aimes

entre les passes et les dégoûts,

les vingt minutes perdues d'un homme

étalé sur tes chairs offertes

picorant sa pitance

comme un moineau

venu prendre à la volée

son peu de plaisir authentique.

 

Ils te pelotent

et moi je te tricote

un maillot jaune.

Dans le peloton

des têtes chercheuses

je suis le dernier éclaireur

des amours coupables

fabriqués dans nos laboratoires clandestins

d'être humains dopés tronqués trompés

à la recherche de leur vie;

nos produits stimulants

nous donnent des ailes

et nos filles de joie

nous font avaler

leurs petites pilules euphorisantes

en nous donnant l'air

de gladiateurs dans le vent

moulinant sans frein

entre leur yaourt et les kleenex,

les cons d'hommes et les demoiselles servantes;

chevaliers redresseurs de tords

Don Quichotte de la Manche

échoué dans les bordels

à la recherche sans fin de la fille perdue

pour éclairer sa route.

 

Combien de temps

faudra-t-il encore attendre

pour t'emmener ailleurs?

Courir sur une plage,

libre et heureux,

main dans la main,

le tumulte des vagues

dans ta forêt et tes sous-bois

pour goûter à ta baie

hors de Putana Beach?

 

Combien de temps?

 

Et si jamais le temps

devenait trop tard?

 

J'attends

mais je ne sais plus

si je dois t'attendre.

D'autres filles m'attendent

quelque part dans la nuit.

Des ex reviennent au galop

après un galop ailleurs

dans la galaxie des amours passagers.

 

J'attends

mais je ne sais plus

si toi tu m'attends encore

quelque part ailleurs

loin de Putana Beach,

cette plage interdite

où tous les corps se mélangent

dans ce décor d'apocalypse

réservé au Veau d'Or

appliquant sans fin

sa loi et sa toute-puissance

dans ce va et viens triste et mortel

où s'offrent les femmes

contre un billet d'argent.

 

Dois-je cesser de t'attendre

et m'enfuir comme un voleur?

 

Où alors?

Faire toujours comme si

nous étions à l'autre bout du monde

dans notre maison en face de la mer

et toi prenant le soleil et mon coeur

ma chaleur entre tes jambes?

 

Les commentaires sont fermés.