28/06/2017

Progressiv Love

 

image1 (3)333333.jpg

 

 

image1 (3)3333333.jpg

 

 

image1 (3)33333.jpg

 

 

image1 (3)3333.jpg

 

 

image1 (3)333.jpg

 

 

image1 (3)33333333333.jpg

26/06/2017

Our Victory is at the end of brambles path

Tu sais Bébé,

j'ai pas un coeur de ronces.

Mais jamais je ne renonce

à dire à ton coeur de zéphyr

que l'amour nous fait grandir

et que l'âme et sa lumière

n'ont pas besoin des ornières

pour fabriquer des barrières

à notre fabuleux amour.

 

Tu sais Bébé,

j'ai pas un coeur qui fonce

dans le noir de la défonce,

de la débauche, de la prostitution

mais un coeur d'illumination

qui cherche à te sortir du bourbier

dans lequel tu as mis les pieds

et qui reste une entrave

à notre amour de laves.

 

Tu sais Bébé,

le ciel sera à jamais l'innocence

de tes yeux d'adolescence

et l'enfer à jamais l'endroit

où je ne voudrais pas que tu sois.

Ne m'en veux pas

si je cherche à te sortir de ce faux pas

en te parlant avec ma langue de forçat.

 

Notre victoire est au bout

du chemin de ronces

et toi et moi nous enlèverons

cette couronne d'épines

qu'ils nous font porter

et nous laverons la honte,

leurs exclusions, leurs jugements

qui nous conduisent sur la croix.

 

Demain, nous serons quelque part

entre Londres et Paris

à nous demander comment

nous avons failli nous perdre

à cause de ce futur

qui ne voit jamais rien venir

à cause de ce futur

noirci par les sinistres nuages

à cause d'une société

qui ne reconnaît pas ses propres erreurs,

ses propres injustices,

ses propres abandons,

ses propres discriminations,

ses propres réticences,

ses propres appréciations,

ses propres stigmatisations,

ses propres stéréotypes,

ses propres ségrégations,

ses propres aveuglements,

ses propres débauches,

ses propres plaisirs coupables,

ses propres jugements erronés,

sur une femme qu'elle ne ne reconnaît pas,

sur un homme qu'elle ne reconnaît pas,

sur un couple qui sera demain

le plus beau couple du monde

une fois que nous nous serons échappés

de la prison dans laquelle

il nous font subir ce terrible châtiment.

 

Le linge sale n'est pas

sur le visage de la prostituée.

Il est sur le client débauché.

Le linge sale n'est pas

sur le visage de l'homme abandonné.

Il est sur l'exclusion de la société

des poètes marginaux,

des fous romantiques,

des amoureux de l'amour

qui osent tout, même aimer

et surtout aimer

une fille de joie.

 

Tu es la plus belle fille du monde

et rien ne me fera changer d'avis.

Tu es la lumière et le chemin.

Et ensemble nous irons vaincre

la montagne de notre destin.

 

20170622_0613577777777777.jpg

Lumière du soleil sur ton coeur d'or

 

24/06/2017

Supporter la cocarde, supporter l'Europe

La France insoumise, à peine élue à l'Assemblée nationale, crée des polémiques à n'en plus finir.

Tant mieux. C'est qu'elle existe et qu'elle dérange, qu'elle parle autrement, qu'elle pense autrement, qu'elle se confronte au monde autrement que la bourgeoisie bon chic bon genre.

Les grandes gueules sont faites pour l'ouvrir et que l'on cesse de penser en face que la démocratie c'est "cause toujours" quand personne ne porte attention à ce que les grandes gueules disent ou écrivent.

La France insoumise porte la voix de millions de personnes à qui on ne donne jamais la parole à la télévision. à la radio, à la télévision. La France insoumise c'est un style fort en thématiques sociales et sociétales.

Alors perso je peux dire Vive la France! Vive l'Europe! Vive la France insoumise! mais aussi Nique la France! Nique l'Europe! Nique la France insoumise! Cela dépend du degré d'humour, du degré de résistance, du degré de haine, ou du degré d'amour. Chacun est libre de sa parole. Chacune a le droit de dire ce qu'elle ressent en son fort intérieur. Et chacun comme chacune ont le droit de réponse à ce qu'il ou elle perçoit comme offense personnelle ou collective. Le respect mutuel n'est de mise que lorsque les personnes se sentent faire partie de la même société, de la même solidarité, de la même volonté d'améliorer les rapports humains entre gens du même Etat, entre êtres humains de la même planète Terre. Le respect mutuel n'existe plus entre les gens lorsque la différence sociale, la caste, le mépris sont affichés de façon directe ou sournoise ou détournée et que des millions de gens se sentent rejeter, inutiles, réduit à une masse statistique au niveau de l'Etat ou étant le mode opérationnel de la pensée collective dominante.

Par conséquent, oui, parfois il est difficile d'aimer et de supporter le drapeau européen quand il fait injure à ses propres principes des droits humains. Oui, il est parfois tout aussi difficile d'aimer et de supporter la France quand elle déroge aux vertus fondamentales de la République, qu'elle assassine en silence des gens sur la planète; qu'elle rajoute au désordre écologique sur la planète Terre; qu'elle a participé pendant 20 ans à la mise en danger des habitants et habitantes de Tahiti et des militaires en mission pour développer sa propre puissance de Terreur la bombe atomique. Ce n'est pas forcément être contre la France que de dire nique la France. Cela peut être un signe de révolte, de révolution, pour faire changer les choses en profondeur venant de la part d'artistes qui chantent le mal-être d'appartenir à un Etat comme la France premier pays au monde défenseur des valeurs démocratiques sur le papier. Et dans les faits?

 

 

23/06/2017

Fin de l'érotico-show

 

Depuis le temps

que je me dis

que je revivrai un jour

avec une fille.

 

Depuis le temps

que j'avais la géniale intuition

que tu étais entrée dans ma vie

pour me redonner vie.

 

Depuis le temps

que les poètes sont fous

d'aimer les filles de joie

en les entraînant dans leur jeu.

 

Depuis le temps

que je craignais ce jour

où tu me mettrais à la porte

et que ton studio serait occupé

par un squatteur de passage.

 

Depuis le temps

que mes larmes

finissent par couler

devant un verre de Leffe

et qu'une serveuse de bar

comprend ma mortelle douleur.

 

Depuis le temps

que les filles savent

que l'on ne fait pas de bébés

dans les choux de Bruxelles.

 

Depuis le temps

que les cigognes ne passent plus

par chez moi

et qu'elles ne s'arrêtent plus

sur le toit de ma cheminée.

 

Depuis le temps

que l'on se dit je t'aime

et que les anges nous habitent

tandis que les démons nous détruisent.

 

Depuis le temps

que le soleil brille dehors

mais que les bords du lac

ne voient jamais les signes réels

de notre amour.

 

Depuis le temps

que tu te terres

dans ta chambre rose

comme une marmotte du Mont-Rose.

 

Depuis tout ce temps,

je n'ai pas su faire de nous

autre chose de plus formidable

que cet amour pitoyable de salon.

 

Depuis si longtemps

¨que tu es formidable

dans ta façon de m'aimer

et moi fort minable

dans mes attentes éperdues.

 

La fin du show.

J'ai payé mon ticket d'entrée

à ton spectacle

qui réchauffait mon corps.

Je n'ai pas su ramener l'amour

dans la vraie vie.

 

Depuis le temps

que je construis

ma déroute tout seul

et que je porte mes films de cul

dans mon coeur.

 

Depuis le temps

qu'ils pourraient à leur tour

en faire un film

un jour ou l'autre

et que le temps nous donnera raison

de nous avoir aimé

au milieu de la zone interdite.

 

"Just"

avec Sara

la fille de joie

la plus formidable du monde

et  Mickey l'acteur porno amoureux

le plus minable du monde.

 

Survivre à la haine

c'est souvent possible.

Survivre sans amour

c'est impossible.

 

Si un jour,

tu as encore ce ticket rose de cinéma

pour me faire oublier la fin minable

de ton dernier mot jaillit

de ta bouche d'amour

 "Occupé"

derrière ta porte close

et l'ombre du squatteur

qui va te baiser

je serai encore preneur.

 

Parce que le mot fin

n'existe pas pour notre film.

C'est notre baiser d'amour

que je t'écris pour la conclusion.

  

21/06/2017

Un Gouvernement qui s'auto-décapite après un mois...

Pour être en marche, il est en marche, le nouveau président Macron...et exemplaire dans son rôle de révolutionnaire en veston-cravate PDG de la multinationale bancaire.

Je dirais même que les charrettes de la Révolution macronienne conduisent à l'échafaud ministériel à la vitesse de Robespierre...sauf que là, ces dames et ces messieurs gardent la tête sur les épaules...et que, faudrait voir le tarif de la Vème République, ils et elles vont recevoir des retraites de Ministre pour un petit mois exercé au poste...peu de fatigue et de labeur, beaucoup de dividendes en retour et sur la durée... A moins que, pour un laps de temps si court passé au pouvoir, ils n'ont droit à rien de plus que les intermittents du spectacle artistique une fois leur rôle respectif ridiculement tenu dans le spectacle du roi Croc-Macron...

J'attends qu'un journaliste fouille un peu afin de savoir ce que ces braves dames et beaux messieurs (ah François Bayrou, quelle tenue, quelle autorité, quel homme honnête) encaisseront désormais comme indemnités de retraite pour avoir servi, en un temps éphémère passé au Gouvernement, les Françaises et et les Français. Papillons d'argent...

En attendant, je ne peux clore ce billet que par un commentaire laissé sur Médiapart au sujet du journalisme. C'est gratiné et ça remonte à très vieux déjà:

À New York, lors d’un banquet, le 25 septembre 1880, le célèbre journaliste John Swinton se fâche quand on propose de boire un toast à la liberté de la presse :

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

 

Idem aujourd’hui.... en France aussi.

Petite précision. Le célèbre journaliste ose dire cela au moment de son discours d'adieu au New York Times... Il ne risquait plus son poste de travail et il ne se retrouvait donc pas à la rue... Il ne pouvait que recevoir la désapprobation de ses collègues et de sa direction...

Je conclus cette citation toujours d'actu par les pompes funèbres remixée de Chopin. Ce brave intermittent du spectacle d'un autre temps nous a laissé quelques prodiges pour quelques pommes et trois radis. Comme quoi, les plus pauvres ne sont pas forcément les plus mauvais... C'est juste que l'idéologie des dominants veut simplement nous le laisser croire et que, bande de naïfs ou de lâches, la plupart d'entre nous marchent à fond dans leur combine.

La maxime qui pourrait résumer ce grand pianiste romantique est écrite par George Sand:

« Il ne veux pas d'affiches, il ne veut pas de programmes, il ne veut pas de trop nombreux public. Il ne veut pas qu'on en parle. Il est effrayé de tant de choses, que je lui propose de jouer sans chandelles, sans auditeurs, sur un piano muet. »

Si nos grands politiciens pouvaient en prendre un peu le chemin de temps en temps au lieu de se répandre avec un ton assez méprisant sur cette folle de Jeanne d'Arc, ce matheux perdu dans ses équations, ou leur affliction de se voir imposer la présence de la "Sainte Vierge" à l'Assemblée nationale... Ce n'est que le drapeau européen et l'Europe vous a quand même bien servi financièrement, Monsieur Mélenchon, même que vous désertiez plus souvent q'à votre tour ses bancs... Alors, emploi fictif ou emploi réel au service de la Sainte Vierge bleue?

Les pauvres vous regardent et se demandent s'ils doivent à choix prier la Sainte Vierge pour réaliser un miracle qui changera leur vie, honorer Jeanne d'Arc pour son hérésie de sorcière, où croire les beaux discours de Saint-Mélenchon à l'Assemblée nationale. La suite de l'Histoire nous le dira assez vite.