15/07/2017

Inventer les souvenirs

 

 

Notre avenir n'existait plus,

la messe des amoureux était dite,

le soleil brillait dans le ciel,

le roi de tous les temps

signait un nouveau pari fou

avec sa légende,

mais nos coeurs pleuraient

la défaite de l'Amour.

 

La petite balle jaune

courait à la vitesse de la Rolex

et je jouais dans la cour

des perdants de la sex machin

comme ce punk se prenant

pour James Brown et son funk,

signant son No Futur

et perdant son bonheur de luxe,

de calme, et de volupté,

sur des airs de sex machin

du jardin de mon père

passant au salon de ma misère,

regardant celui qui

sait faire l'amour sur le gazon

maîtrisant cette petite balle jaune

et son destin à la perfection

 gagnant chaque jour un peu plus

l'estime, la reconnaissance, et la love machin

de toute la planète Terre.

 

Le roi triomphait.

Je sombrais.

Le roi faisait ce qu'il veut.

Je ne maîtrisais plus notre match.

Toutes mes trajectoires

sortaient hors de son court secret,

et elle me renvoyait des common Girl

pour me mettre à terre

et la quitter définitivement

en rejoignant l'enfer

des amours perdus.

 

Et puis soudain,

ce fut son message après la fin.

Notre histoire n'existait déjà plus,

le match était fini,

elle était seule au monde,

j'étais seul au monde.

A la télévision,

le roi du monde avait gagné

et allait jouer en final

son 9ème récital de tous les temps

et nous,

nous avions dérouté notre amour,

le jetant à fond de cale

 et le regardant se noyer

dans la mer de nos incompréhensions,

de nos parcours impossibles

à mettre en accord

dans ce monde réel.

 

Il n'allait rester que les souvenirs,

la nostalgie d'un paradis perdu.

Il n'allait rester que cet homme

courant les gazons maudits

ne croyant plus à l'amour,

et cette femme

courant ses salons roses

regrettant

d'avoir commis l'erreur fatale

d'une vie professionnelle

en tombant amoureuse

d'un homme, d'un poète

en ses lieux interdits.

 

Tout était dit

sauf nos souvenirs.

Tout était écrit

et j'allais cesser d'écrire

fuyant cette passion maudite

par abandon à la 9ème saison

de ma symphonie d'amour.

 

Et puis il y eut ce miracle

sur le court de notre histoire.

Il n'y avait pas foule

pour assister dans les gradins

à ce retour gagnant incroyable,

totalement improbable,

ces deux coups magistraux

sur messenger et par sms

d'elle et de lui

qui retournait la donne finale

en victoire triomphante

de leur Amour.

 

L'écrivain n'abandonnait

plus le fil de son blog.

La fille de joie l'avait sauvé

de son désespoir.

Elle voulait le revoir

et continuer leur histoire.

 

Les souvenirs

pouvaient alors s'inventer

pour écrire une nouvelle page

de leur légende amoureuse.

  

Le match allait continuer

sans prendre l'avenir en otage.

Le match allait se jouer

encore et encore

et tant pis du jour

quand l'histoire

prendrait fin.

 

Prends-la comme Federer.

Joue avec l'enfant de la balle

qui se rebelle et croit

jusqu'à la mort à leur amour

et leur amitié.

 

Ne te laisse jamais dominer

par tes émotions négatives.

Ne crois jamais que c'est la fin

sans jamais avoir joué encore

le coup d'après la fin

et quand tu sais que

votre love machin

ne pourra jamais perdre

parce que tout simplement

vous êtes dans la soul machin

de James Brown

et que votre amour devient immortel.

 

Les commentaires sont fermés.