21/07/2017

Un amour en lit majeur

"Combien de temps pourras-tu le supporter? Combien de temps pourrai-je supporter que tu le supportes ?"

Billet à Dora, Franz Kafka

 

Je vais je viens

en toi

et nos ailes de papillons

nous transportent

vers des pays sans guerre.

Je vais je viens

en toi

et nos coeurs forment un rouge vermillon

plus fabuleux que leurs millions.

Ils s'unissent pour la vie

en ces lieux de débauche

où seul compte le plaisir égoïste

et la satisfaction factice.

 

Ne pense pas, Bébé,

qu'ils sont plus forts

que notre amour.

Personne ne peut tuer

notre bonheur

et personne ne mettra fin

à notre bonheur.

Pas même la mort.

 

S'ils me font procès,

je vais remporter le procès

même si c'est dans cent ans

et qu'il faudra des gens

mieux éclairés

pour défendre notre cause

et que les pissenlits

pousseront sur nos tombes.

Bébé, je suis un gagnant

même si j'aurai été ce perdant magnifique

durant ma vie entière.

Bébé, je suis un révolutionnaire

et tant pis si les révolutionnaires

finissent comme des chiens

égorgés dans une carrière

par l'ombre de la haine

et le cynisme des prétendus vainqueurs.

 

Ils ne nous auront pas

et leur solution finale

n'aura aucune prise sur nous.

Ils ne baiseront jamais notre amour

et tu seras à jamais

la femme légitime du poète.

 

Tu sais, Bébé,

je suis ton number one

et j'éclairerai ta route

même depuis le ciel.

Tu sais, Bébé,

la nuit étoilée

est réservée

aux amoureux fous

et aveugle

aux fous haineux.

Tu sais, Bébé,

que toi et moi

c'est un prodige

qui survole le monde

et un vertige

qui fait chuter

l'Empire des Cyniques.

 

Et si nous arrivons

abattre l'Empire des Cyniques

alors notre amour est héroïque.

 

Je vais au pays de Franz Kafka

découvrir la formule magique

de notre métamorphose.

Et toi et moi

si nous voyons l'avenir en rose

alors c'est que la vie

aura fait de nous des gagnants

de notre vivant.

 

Parce que tu es une battante

et que je suis un gagnant.

 

"Il n'y a personne pour me comprendre dans la totalité de mon être. Avoir quelqu'un qui le puisse, une femme par exemple, ce serait avoir pied de tous côtés, avoir Dieu."

Billet à Dora, Franz Kafka


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/livres/article/2013/01/11/kafka-aim...

 

Les commentaires sont fermés.