31/07/2017

Venezuela, Mélenchon, France insoumise silencieuse

Et voilà que le piège se referme sur les élus (d'extrême) gauche de la France insoumise.

Comme pour Cuba, Mélenchon et les principaux leaders de la France insoumise se retrouvent dans une situation fort inconfortable au moment où les révoltes populaires contre le climat politique instauré par la Présidence Maduro ont déjà fait 120 mort à travers le pays.

Que dire sur cette situation qui était prévisible alors même que le cours du pétrole a chuté et que la rente issue de l'or noire n'est plus aussi mirobolante que sous l'ère Chavez?

Il aurait fallu tout de même se douter qu'en mettant tous ses oeufs et ses yeux politiques du côté de la richesse pétrolière, Chavez et son successeur devraient un jour ou l'autre faire face à l'immense révolte actuelle. Tant que l'argent nationalisé tombe du ciel, ou remonte plutôt de la terre comme une malédiction et une bénédiction (ou c'est un petit nombre de capitalistes qui s'en mettent plein le compte en banque ou c'est une oligarchie politique contestataire et populaire (populiste) qui fait révolution par les urnes et redistribue le capital en fonction de certains impératifs qui permet au peuple le plus précarisé de souffler un temps mais pas pour tout le temps), tout semble aller bien. Le peuple ronronne d'aise, salue son lider maximo qui vilipende les Etats-Unis et les tenants de l'ultra-libéralisme, fait la fête après avoir travaillé un peu ou beaucoup, et dort sur une sécurité pourtant provisoire et précaire.

Ce qu'il aurait fallu a Hugo Chavez c'est une vision politique à long terme et des visionnaires de gauche qui savaient que le printemps socialiste n'allait pas durer des plombes avec une telle stratégie paresseuse et manquant clairement d'ambition pour le pays.

On ne se repose pas sur un bas de laine, fut-il un bas de laine remontant des entrailles de la Terre. Un Président élu doit prévoir le pire, c'est-à-dire ici la chute du cours du pétrole, et surtout il doit envisager le meilleur avec l'argent tiré de la nature et du fruit du travail des femmes et des hommes. Donc, Hugo Chavez aurait pu entreprendre des tas de choses avec cette masse d'argent extraordinaire. Une révolution verte, un tissus de start up de type socialiste où les bénéfices se partagent entre une sorte de coopérative entrepreneuriale non cotée en bourse (gains et bénéfices aux travailleurs et travailleuses) et un impôt fiscal permettant la solidarité avec les plus abandonnés du pays afin de créer des infrastructures de formation et une aide d'urgence aux familles les plus faibles.

Voilà en deux mots le canevas qui aurait pu réussir lors de la révolution Chavez, canevas que la France insoumise met en place depuis des mois et des mois le jour où la révolution insoumise parviendra à ses fins. Voilà ce que Mélenchon et les principaux responsables peuvent répondre aux attaques de tous bords.

A la révolution française et mondiale est dédié ce billet.

http://www.huffingtonpost.fr/2017/07/31/apres-lelection-e...

Les commentaires sont fermés.