03/08/2017

Système Lamal qui fait mal aux moins riches

Enfin une étude sérieuse autour de l'assurance maladie et de ses défauts monstrueux.

Cela fait des années et des années que plusieurs d'entre nous ont lancé des alertes. En vain. Comme si les médias se faisaient les complices d'un système qui ne fonctionne pas et enfonce les plus pauvres dans la spirale du refus de se faire soigner tout en payant à plein les primes d'assurance-maladie.

Les primes augmentent chaque année. Les mieux dotés financièrement profitent à fond du système pour rendre visite aux différents spécialistes de la santé. Une fois leur prime maladie de base honorée, celle qui est bien souvent avec la franchise la plus faible puisqu'eux consultent tous les ans pour se faire choyer dans leur santé, ces personnes se rendent régulièrement dans les centres médicaux ou hospitaliers et pèsent ainsi sur les coûts de la santé qui se répercutent aussi sur les plus pauvres qui, eux, ont choisi la franchise la plus haute pour payer moins de primes chaque mois...mais qui, au final, ne vont plus jamais chez le médecin sauf en cas grave...pire, certains vont même consulter à l'étranger pour des cas bénins puisqu'ils renoncent à utiliser le système suisse qui leur prend jusqu'à fr.2.500.-- avant de faire profiter le patient à hauteur de 90% sur les frais médicaux supplémentaires. Absurdité du système suisse!

Les pauvres paient semble-t-il pour les riches... sauf en fin de vie peut-être. Ainsi va le système helvétique qui ronronne en ventant son système de protection sociale. Une question me taraude pourtant l'esprit: si un patient qui a payé durant 30 ans jusqu'à fr.150.000 francs de primes d'assurance maladie pour lui-même sans avoir recours à la médecine, a-t-il au moins le droit d'être bien traité sur son lit d'hôpital s'il ne lui reste plus que quelques semaines à vivre au jour où il se décide enfin à voir un médecin une fois le seuil de la douleur devenu insupportable et l'empêchant de vivre comme si de rien n'était dans sa vie de tous les jours?

http://www.24heures.ch/suisse/habitant-quatre-renonce-soi...

Vomit

Pas sur, par les temps qui courent,

qu'il y ait encore de l'espace accordé

aux sentiments de velours

dans leurs salons littéraires,

dans leurs cafés concert,

dans leurs salles de cinéma hardcore,

et sur leurs pistes de dancefloor.

 

Pas sur nous.

Pas sur nous.

Pas sur nous

ils ne peuvent vomir

leur venin et leurs rires

gras et salaces

vulgaires et tenaces

comme un gros rouge qui tache

la nappe de leur cynisme sans relâche

ressemblant à une charogne

dépeçant sans vergogne

le plus bel amour de la Terre

le plus bel amour de l'Univers

en le mettant en lambeaux

en le menant au tombeau.

 

Pas sur toi.

Pas sur moi.

Pas sur l'amour.

Pas sûr que l'amour

soit encore le plus fort

pour triompher des porcs

se vautrant dans la luxure,

les chairs putrides, les saillies pourriture 

sans poésie ni exigence,

sans drame ni urgence,

sans honneur ni conscience,

sans érotisme ni héroïsme.

 

Quand tu fermes les yeux

et que les vas et viens

de mon corps sur ton corps

se mêlent aux vas et viens

des vagues sur ton port

il y a notre Océan qui perd ses larmes

et les transforment en nuages;

Il y a mon corps qui brûle ses armes

sa peau contre tes secrets tatouages;

il y a nos sangs qui fusionnent

s'unissant dans le feu du mariage

pour empêcher le funeste retour au mirage

cette disparition qui  nous questionne

sur la fin probable de notre amour

sur l'autel du réalisme sans amour.

 

Ne t'en vas pas mon amour

sans m'avoir déclaré

jour après jour,

nuit après nuit,

tous les mots d'amour.

Ne t'en vas pas mon amour

et reviens moi

jour après jour,

nuit après nuit,

prête aux ébats romantiques

qui nous mènent à l'amour cantique

à l'amour quantique

qui fait que si t'es dans ton lit

seule ou avec un autre homme

et moi dans le miens

seul avec le désir d'être ton homme

c'est quand même

toi et moi

qui faisons l'amour ensemble

dans le même lit.

 

Pas sur nous.

Pas sur nous.

Pas sur nous

ils ne peuvent vomir

leur venin et leurs rires

gras et salaces

vulgaires et tenaces

comme un gros rouge qui tache

la nappe de leur cynisme sans relâche

ressemblant à une charogne

dépeçant sans vergogne

le plus bel amour de la Terre

le plus bel amour de l'Univers

en le mettant en lambeaux

et le menant au tombeau.