10/08/2017

Ce matin j'ai attendu toute la nuit

 

Il n'y a pas de jours heureux

sans ce voyage au bout de l'amour

quand je plonge dans le lagon bleu

de tes yeux marrons d'azur

quand mes dents mordillent

 comme le lion la nuque de son lionceau

tes lèvres rouges mercure

qui déclarent au monde d'arceaux

le feu de notre comédie romantique

aussi puissante qu'une explosion séminale

jour par jour plus somptueuse et germinale

pareille à ce champignon érotique

jaillit sur ton mont de Vénus

sur ta langue en pointe de lotus

né de ma pluie et de ta pleine lune

né de mon soleil et de ta sublime dune

 

Il n'y a pas de jours heureux

sans ce voyage au bout de l'amour 

quand je censure mes mots grivois

et susurre mes mots champenois

pétillant à ton lobe faisant le sourd

prenant ton sein globe qui frissonne

entre mes doigts qui griffonnent

cette rhapsodie jouée en août

pour 9ème symphonie en déroute

sur la pointe érectile de ton mamelon

ressemblant à Nagasaki 

avant l'explosion blanche

refaisant Hiroshima mon amour

avant le bleu pétrole sur tes hanches

dessinant l'obscur projet fol amour

des maîtres du monde

des maîtres de l'immonde

 

Ce matin j'ai attendu toute la nuit

de tes nouvelles de tes mots réjouis

empêchant le feu nucléaire

de tomber sur notre humanité suicidaire

partant d'Amérique ou de Corée

de Chine ou de France

jouant à créer cette peur panique

de leur pouvoir satanique

qui leur ont fait croire

qu'ils sont à eux seuls

les maîtres du monde

et maître de nos destins

traîtres du monde

et de nos destins

 

Il n'y aura plus d'aubes sans ton sourire

ni de nuits torrides sans ta chaleur

Il n'y aura plus d'aubes sans nos rires

ni de nuits torrides sans ta chaleur

 si je perds ton amour

ou si demain surgit le compte à rebours

de ceux frappant les tambours

de guerre pour assassiner l'amour

ceux qui frappant les tambours

de guerre finiront

par jeter sur notre amour

le feu de l'Enfer

 

Ne perds pas mon amour

Le paradis appartient aux amoureux

Les commentaires sont fermés.