25/08/2017

Sexte

 

Il ne faut plus écrire

en ce monde

qui ne sait plus rire.

Il ne faut plus écrire

de textes qui sentent

la naphtaline et le formol,

le conservatisme et le botulisme.

 

Il faut écrire des

mots qui sont en chaleur

comme des chiennes,

des mots qui explosent

à la gueule des culs bénis,

des bégueules, des coincés

de la braguette et des tordus

de la kalachnikov.

Il faut écrire des

mots qui sentent le foutre,

la baise, et les nuits torrides.

Il faut écrire du

 

Sexte

et non plus du texte.

 

Il faut du

 

Sexte

et non plus du texte.

 

Du sexte dans ton sextant,

du sexte

qui donne de l'ampleur à nos sens.

Du sexte

sexte

sexte

sexte

sexte

pour casser leur secte

apocalyptique

du sexte

sexte

sexte

sexte

sexte

pour briser leur secte

leur cercle vicieux

pire que des insectes

et le fléau d'Egypte

nuisibles à la cause humaine,

nuisible à la liberté,

nuisible à l'amour,

nuisible à l'érotisme,

nuisible au cinéma,

nuisible à la littérature,

nuisible à la poésie,

nuisible à la musique,

nuisible à la peinture,

nuisible à la danse.

 

Du sexte,

sexte,

sexte,

sexte,

sexte

et toi dans le contexte

de ma vie et de mon sexe.

 

Je t'écrirai des sextes

le restant de ma vie

pour que le monde entier

sache combien notre amour

est grand, puissant, unique,

infaillible et irrésistible.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.