26/08/2017

De la Cuisine et du Coran, petite recette non explosive

Si je vous dis "Cuisine" combien de livres de recettes existent depuis les temps immémoriaux où nos ancêtres, les femmes et hommes des cavernes déchiquetaient à belles dents des animaux entiers de façon la plus rudimentaire qui soit jusqu'à nos jours où le foisonnement mondial de créativité culinaires explose tout mur des lamentations conservatrices?

La Cuisine est source de créativité sans fin comme le Coran devrait être source de créativité à condition, bien évidemment, de ne pas se coller au dogme d'origine, à la sclérose intellectuelle d'esprits malveillants qui veulent se coller au texte comme une araignée veuve noire qui prend au piège les petits insectes...et même les humains qui se risquent dans les piqûres de sa toile.

Le Coran est un livre explosif si on s'y attache à la lettre et qu'on le lit pour se fanatiser à une pensée pure et fascisante. Le Coran est source d'ouverture, d'exploration, et de libération si l'on tente d'en retenir l'essentiel, soit l'élévation des coeurs et des esprits vers quelque chose ou quelqu'un de plus Grand que nous.

A partir de cette base, qui contient hélas aussi quelques champignons hallucinogènes mortels, telle l'amanite phalloïde dans le panier du cueilleur de champignons si bonne en apparence dans l'assiette en en bouche mais mortellement toxique pour notre estomac et celui de nos voisins et voisines de table, il est nécessaire d'apprendre à reconnaître ce qui est comestible en religion islamique de nos jours de ce qui ne l'est plus pour la société dans laquelle nous voulons vivre en démocratie.

Le Coran est comme un livre de recettes de cuisine millénaire dont le détenteur du copyright ne savait pas que quelque 1'500 ans plus tard certaines de ses petites recettes allaient provoquer la mort d'innocents au nom de sa croyance intime.

Je suppose aujourd'hui que le champignonneur Muhammed brûlé au soleil du désert, s'il pouvait parler aujourd'hui, demanderait à tout le monde de se calmer en librairie et de retirer ses plats d'amanite phalloïde et autres bolets Satan qui sont des scories de sa pensée divine due à un soleil qui lui tapait un peu trop fort sur la tête en ces temps immémoriaux pour nous tous.

 

Les commentaires sont fermés.