29/08/2017

Tu vas encore jouer de tes charmes

 

Le temps ne s'arrête jamais

et comme le temps,

nous dit-on jour après jour

dans les alcôves néolibérales,

c'est de l'argent,

tu vas encore jouer

de tes charmes

comme d'une arme fatale.

 

Pendant ce temps,

je prendrai le temps

d'écrire ce qui ne se vend pas,

l'amour, les sentiments,

rien que l'amour,

et tant pis

si j'en perd ma monnaie

et ma santé mentale,

que je reste ce marginal

à qui personne ne fait de cadeau,

à qui personne n'a la décence

de faire passer le chapeau

pour ces jolis poèmes

et les mélodies qui les accompagnent.

 

Je ne demande pas l'aumône

mais je sais que ce n'est pas gratis

ce qui se crée ici dans la solitude

d'un poète épris

de visions romantiques.

C'est ma vie

qui se joue sur le fil de la poésie.

C'est ma vie

qui défile son ruban d'or

et donne le goût du romantisme

à celles et ceux qui l'ont perdu

un jour dans les rues de Wall-Street.

 

Tu vas encore jouer de tes charmes

et notre arme fatale

c'est mon amour pour toi

et ton amour pour moi.

Donne-leur encore du plaisir

et un peu d'humanité.

Donne-leur encore du rêve

et un peu de disponibilité.

 

Et ramasse leur argent à la pelle

comme des feuilles mortes

tombées de l'arbre en automne.

 

Pour leurs moments d'extase,

tu as droit à cette récompense,

ce petit cadeau pas bien offert

qui te permet de meubler 

ton modeste appart,

de payer ta jolie maison

et d'aider celles et ceux

que tu aimes au pays.

 

Tu vas encore

jouer de tes charmes

et moi je resterai

sous tes charmes

à attendre le jour

où nous pourrons

prendre du bon temps,

du temps pour nous,

du temps d'amour

au-delà de mes mots,

au-delà de ce mur

qui fait de toi une fille proscrite

et de moi un homme proscrit.

 

Et quand je te dis

que j'écris tous ces mots

sur ce blog, sur cet ordinateur

devenu

par la force des choses

mon ami le plus intime,

ne pense pas

que je perds beaucoup d'argent.

Pense que nous gagnons

un amour romantique monstrueux

dont se souviendra

l'humanité littéraire et romantique.

 

Tu vas encore jouer de tes charmes.

Et si mes larmes

voudraient t'arracher de leurs griffes,

mon rire et mon humour

sauront faire la part des choses

pour que nous puissions continuer

à nous aimer

malgré cette situation insupportable,

malgré cette situation

du time is money.

 

Je ne joue pas

dans la cour des grands.

Je joue avec et pour le peuple.

Et mes mots sont géants

comme ceux d'un champion

qui a appris la variété du jeu

avec l'enfant de la balle

pour connaître

toute les gammes de l'existence.

 

Je te laisse avec Gina,

la gitane qui te ressemble.

 

 

Les commentaires sont fermés.