18/09/2017

Les mots

Des tweets assassins

dupliqués des millions de fois

sur les sites du monde entier.

 

Des tweets qui en 160 caractères

creusent des cratères

d'ignorance dans les têtes,

creusent des cratères

d'intolérance dans les coeurs,

creuses des cratères

pour nos tombes après la Bombe.

 

Les mots se prennent

le tapis dans la Toile.

Ils trébuchent et posent des embûches,

allument les incendies et déclarent la guerre.

 

Mais ce sont ces mots

que les gens relaient,

que les journaux relaient,

que les zombies relaient.

Les mots des gens sont morts-vivants,

les mots des gens sont moribonbs

parce que les gens se cherchent la haine,

parce que les gens veulent devenir

maîtres du monde et tout-puissants,

racistes et dominants,

fascistes et race élue.

 

Les mots des poètes

ne sont plus relayés

sauf par les amis des poètes

qui sont de moins en moins nombreux.

 

Les mots servent à engranger 

toutes les fortunes.

Les mots servent à pigeonner

toutes les infortunes.

Les mots servent à coucher

des filles sur des lits de paille

afin que les épouvantails

picorent tout le raisin

et s'en aillent au petit matin

fiers de leur butin

laissant la fille et son ivresse

décuver son vin d'allégresse.

 

Les mots nourrissent les alligators,

les prédicators, les spin doctors, les terminators

qui deviennent aussi gros

que des dinosaures.

 

Et moi, je t'écris des mots

qui ne prennent pas le chemin

des réseaux sociaux,

qui ne prennent pas racine

dans ton coeur,

qui prennent la fuite

devant toute cette fureur

des mots assassins

jetés à nos visages blaffards

et qui nous conduisent

comme des chauffards

aux boucheries, aux abattoirs

où des millions d'êtres humains

seront abattus comme des chiens enragés.

 

Donald,

tu possèdes la bombe atomique

et il faut bien qu'elle serve un jour

à une petite démonstration de ta terreur

et de ta toute-puissance de dinosaure?

Kim,

Tu possèdes la bombe atomique

et il faut bien qu'elle serve un jour

à une petite démonstration de ta terreur

et de ta toute-puissance de dinosaure?

 

Tous aux abris!

Jurassic Parc est dans nos rues!

C'est un poète dont il faut taire le nom.

C'est un poète revenant

des grottes de Lascaux!

Et il est monstrueux comme Rimbaud

ou alors comme Baudelaire,

ça ira aussi.

 

Merci!

 

Les dinosaures prennent peur

mais ils sont dans nos rues,

sur nos écrans TV

et dans tous les journaux du monde.

 

Les commentaires sont fermés.