19/09/2017

La guerre est de retour. Préparez-vous à la mob, les gens!

Magnifique duo d'imbéciles heureux que forment Donald Trump et Emmanuel Macron. Ce n'est pas très aimable, je sais, mais c'est vraiment l'impression que me donne ces deux personnages un brin grotesque dans leurs connivences et amitié.

Laurel et Hardy de la politique occidentale actuelle, nos deux hommes font tout pour se faire de plus en plus détester de celles et ceux qui ont compris que leurs discours appellent à la guerre... "Défilé militaire fantastique le 14 juillet à Paris...Le 4 juillet prochain, nous Américains, devront faire encore mieux...et prouver à l'Iran et à la Corée du Nord qui a du muscle et de la brutalité en réserve..."

Mais oui. C'est cela. Des hommes qui dirigent le monde et qui n'ont rien de mieux à faire qu'à privilégier la haine contre des nations rebelles à l'ordre néolibéral mondial voulu des Etats-Unis et de l'Europe. Obama avait réussi un deal avec l'Iran. Patatras, Donald fait tout écrouler et...Emmanuel applaudit aux actions de son petit copain d'Amérique.

Basta. Le monde des puissants est complètement fou et veut la guerre.

Préparez-vous au pire, les gens. Pensez déjà que la mob n'est plus très loin. Les dinosaures veulent la guerre parce qu'ils ne veulent pas d'un autre système vraiment démocratique qui toucherait aux milliards des 1% de la population mondiale. Quelle tristesse! Et surtout, quels tristes sire macabres et sanguinaires que sont Donald Trump et Emmanuel Macron sous leur ton tout sussucre et bisounours, leurs blagues faciles et vulgaires et leurs sourires carnassiers.

http://www.liberation.fr/planete/2017/09/19/trump-macron-...

 

La démocratie n'est pas le néolibéralisme

Vivons-nous en démocratie ou en pré-dictature?

Cette question, nous pouvons-nous l'a posé en observant le conflit social qui dure depuis si longtemps en France.

Opposé aux réformes proposées du Code du Travail (entre autre l'inversion des normes qui place l'entreprise prioritaire sur les conventions collectives de branche), des millions de Françaises et de Français ne cessent de manifester dans la rue sans grand résultat. Sarkozy, puis Hollande, Valls et son 49.3, et maintenant Macron et ses ordonnances ont tous tenté de passer en force en évitant la démocratie populaire afin de plaire aux grands patrons et au monde des affaires.

Le néolibéralisme impose son point de vue depuis plus de 30 ans. Les ravages sur la Terre sont connus. Plus de consommation, plus de pollution, plus de peuples soumis aux lois intraitables du capitalisme sauvage. Et le résultat est connu: 1% de la population mondiale qui détient la moitié de toutes la richesse accumulée durant ce temps-là.

Peut-on parler de démocratie dans ses conditions-là? N'est-on pas en train de fabriquer les nouveaux tyrans du monde qui détiennent toutes les manettes financières pour manipuler et organiser le monde à leur façon? Quelle différence entre un système (prétendument communiste) nord coréen dont la famille suprême est riche de plusieurs milliards de dollars (planqués en bonne partie par les banques suisses sur sol helvétique ou dans des paradis fiscaux...) et un système nord-américain qui prône l'ultra-libéralisme avec un président aussi fantasque et narcissique que Donald Trump qui vient de redessiner la carte électorale du pays, de façon totalitaire, en rouge républicain contre ces "gauchos" de démocrates. La dynastie Trump se construit et est prête à régner des décennies sur le pays... Petit Baron deviendra grand...

C'est donc à cela que mène le néolibéralisme. A des baronnies qui font les lois pour elles grâce aux milliards d'argent accumulés dans quelques poches. Des maîtres mafieux, cruels, criminels, qui peuvent décider qui obtiendra avantages et prébendes en fonction du degré de soumission à leur autorité. En montrant patte blanche, un sujet obtiendra quelques avantages, exactement comme en Corée du Nord. Mais en résistant, il sera automatiquement éliminé et rejeté du système, marginalisé voir assassiné d'une façon ou d'une autre s'il dérange trop et critique trop et que sa parole risque de remettre en question le chef. Ce n'est pas du tout innocent si Donald Trump, d'un swing, frappe sa balle de golf et envoie Hillary au tapis. C'est tout le symbole du néolibéralisme  le plus flagrant dans ce geste délictueux, potentiellement meurtrier, bien que fictionnel. La loi de la jungle, la loi du plus fort, où tous les coups sont permis...y compris tuer en vrai son ennemi.

Permettez-moi de vous dire que ceci n'est plus la démocratie. Ceci est un carnage qui nous prépare aux conflits nucléaires entre grands dictateurs du monde, hommes narcissiques qui règnent en manipulant les foules et en créant du fascisme (la nation pure et sans tâche avec son dirigeant pur et élu, lui et ses descendants, de droit céleste).