02/10/2017

Catalogne, les grands Etats deviennent des charognes. Néolibéralisme...

Les grandes nations n'ont plus la cote. Des mouvements indépendantistes naissent un peu partout à l'Est comme à l'Ouest de l'Europe mais aussi dans le reste du monde.

Pourquoi tant de déséquilibres et de gens prêts à s'affronter jusqu'à la guerre civile alors que les Etats centraux ont été fragilisés par la toute-puissance économiques et les théories fumeuses du laisser-faire City tellement cher aux néolibéraux...

Il fait être enragé et aveugle ou charognard et très cynique pour soutenir encore les tenants et aboutissants de ce néolibéralisme sauvage qui détruit peu à peu les gens comme les nations. Quand l'égoïsme prime sur tout le reste, c'est l'esprit de clan qui gagne, l'esprit d'une mafia locale ou de révolutionnaires idéalistes dans l'âme qui veulent se rendre indépendants d'un état central sous prétexte que l'Etat central "vole" l'argent à celles et ceux qui en gagnent le plus (les mafias locales)...ou au contraire plume encore davantage les plus faibles au profit d'une caste à la botte du système mondial néolibéral (pensée révolutionnaire...)... Les profils divergent mais le résultat est le même partout. Le néolibéralisme sème son chaos dans les coeurs et les consciences autant si ce n'est pire que jadis le marxisme-stalinisme. L'idéologie totalitaire mène toujours au pire et au plus grand fracas.

Si nos médias, nos chers journalistes et rédacteurs en chef se réveillaient une bonne fois pour toute de leur trop grande foi néolibérale, on pourrait peut-être éventuellement envisager une vraie révolution sociale dans l'esprit de la liberté et de la démocratie. Mais les feux du succès et des milliards brillent encore trop forts pour que nos journalistes se rendent comptent que la catastrophe néolibérale est en train de précipiter les démocraties du monde dans un chaos indescriptible.

Quand de paisibles citoyens et citoyennes imaginent déjà le monde de demain, ces petites tribus d'Indiens qui défendront leurs familles et leur petit territoire contre les autres tribus d'envahisseurs quitte à porter les flingues et les munitions sur eux, c'est que vraiment au pays du meilleur des mondes néolibéraux nous sommes déjà tous perdants, y compris les rois du monde qui seront tout autant dans l'insécurité que le reste du monde... Faut pas croire, Donald, Emmanuel, Vladimir, et tous les autres, nous vivons bel et bien tous sur la même planète même si votre Zeppelin vole à des altitudes inatteignables par le petit peuple. Une théorie élitiste finit toujours par se casser la gueule sur la vérité et la liberté.

Donc si la rue n'a pas vraiment chassé le nazisme, la rue est tout de même capable de chasser un jour ou l'autre le néolibéralisme. Question de survie, question de survival school (terme emprunté à mes amis Sioux du Dakota du Sud) pour nos valeurs démocratiques issues du siècle des Lumières.

 

Les commentaires sont fermés.