04/10/2017

Stephen Paddock, un algorithme à la place du coeur...

Le tueur de masse de Las Vegas gagnait beaucoup d'argent au jeu. Obsédé par le vice du gain, il avait développé un système minutieux pour devenir plus fort que le casino lui-même, casino sensé être toujours gagnant dans les jeux d'argent.

Etait-il encore un être humain capable de discernement et d'humanité ou était-il devenu un grand détraqué par la folie des jeux d'argent à outrance, un être à l'humanité traquée et poursuivi par le destin de braqueur de banques, son propre géniteur, son père, dont la mère avait caché l'existence à ses enfants en le prétendant mort? Lui, braquait en quelque sorte les casinos grâce à une intelligence méthodique et très organisée.

Aucune réponse ne pourra satisfaire quant à savoir pourquoi un type millionnaire, sans histoire, solitaire, et même invisible aux regards de ses propres voisins de quartier, a commis le plus grand massacre de masse commis par un seul individu aux Etats-Unis. 

Pourtant, une chose semble sauter aux yeux. Plus l'être humain devient obsédé par le vice de l'argent, plus il devient incontrôlable et insensible à à l'existence et à la douleur de son entourage.

Il y les fous d'Allah qui ne jurent que par le Coran et les versets inviolables du Livre saint. Et il y a les fous du dieu Mammon qui ne jurent que par les jeux d'argent et l'avarice irréductible. Au final, les fous provoquent l'enfer sur Terre. 

Le cerveau humain outragé par des idéologies totalitaires finit par développer des pathologies criminogènes dont certains individus, jeunes ou même relativement vieux, finissent totalement avilis, soumis et à la masse, asservi au monde dans lequel ils ont plongé la tête la première à la façon de zombies qui ne sont plus que des semblants d'êtres humains robotisés à l'extrême et motivés par des idées apocalyptiques détruisant toutes nos humanités.

Stephen Paddock était un citoyen américain révélateur de ce qui se passe aujourd'hui en Amérique et partout dans le monde quant l'argent a pris toute sa liberté débridée et le pouvoir totalitaire en combattant la Conscience et nos devoirs d'humanité envers nos soeurs et frères en humanité. Possédé par les jeux d'argent, l'homme se fait démon incontrôlable.

Stephen Paddock a aujourd'hui un énorme défaut. Il n'était pas affilié à Daech mais Daech en a fait un combattant de la cause islamiste. Entre deux fascismes, très différents dans leur but et leur finalité, il y a pourtant des liens étroits, forcément.

 

Les commentaires sont fermés.