08/10/2017

Pourquoi la gauche c'est l'intelligence et le néolibéralisme c'est l'indigence

Peter Rothenbühler, dans le Matin Dimanche, s'en prend gentiment, mais il pourrait se montrer dur si nécessaire, au nouveau prix Nobel de chimie Jacques Dubochet qui a le tort d'avoir écrit très simplement, Rothenbühler pense simpliste et caricatural, que la gauche c'est l'intelligence et la droite l'égoïsme. 

Dubochet, pour sa défense, n'a jamais dit que la droite ce n'est que l'égoïsme et la gauche que l'intelligence. Il a juste voulu dire que l'intelligence était plutôt de gauche parce que la conscience et le coeur sont plutôt, dans l'évolution humaine, des développements de l'esprit qui ont fondé nos sociétés modernes et démocratiques grâce à des aspirations et des idéaux de gauche (partage des richesses, égalité, liberté pour tous).

Notre cerveau reptilien nous donne l'impression, pour notre propre sécurité, de nous protéger d'abord d'autrui, comme dans le règne animal ordinaire, en rendant optimales nos conditions de survie et en ne pensant pas à défendre plus loin que son propre territoire mais en attaquant, si nécessaire ou par opportunité d'autres espaces de vie et de développement. En philosophie humaine, c'est l'égoïsme primaire qui agit et qui, cyniquement, refuse de mieux partager par crainte de tout perdre ou de se faire avoir (nécessité de survie au milieu d'un monde hostile et profiteur) par plus malin ou plus manipulateur que soi. L'homme acquiert une formation, il étudie et travaille dur pour faire sa place. Il n'a pas forcément l'envie, ensuite, de faire profiter à d'autres les fruits de son travail sans contrepartie. Il est donc naturellement égoïste et c'est seulement au prix d'un travail élaboré sur sa propre conscience et d'un processus long (on dit faire ses humanités) qu'il peut s'émanciper de cet égoïsme ordinaire et donner plus de lui en développant son cerveau "gauche". Le propre père de Dubochet était un libéral convaincu qui a su développer des valeurs d'altruisme et de partage tout en refusant une certaine gauche (très caricaturale) qui n'attendrait que l'argent qui tombe du ciel où plutôt des poches des plus fortunés.

Hors la gauche intelligente ce n'est pas la gauche parasite, paresseuse, dépendante qui vit au crochet des autres. La gauche intelligente c'est une gauche qui réinvente le tissus social et pense redistribution des richesses, partage des intelligences, et diminution des inégalités sociales et salariales. Voilà pourquoi Dubochet ose la provocation en disant que la gauche c'est l'intelligence et la droite l'égoïsme.

Dans une époque ou l'ultra-libéralisme sévit de plus en plus bel dans nos sociétés et que les ultra-riches s'accaparent déjà 50% de toutes les richesses de la planète et en veulent encore davantage, il est forcément juste de penser que seule la gauche (pas la fausse gauche au service des ultra-libéraux) est actuellement la seule intelligence capable de sauver l'humanité et que le néo-libéralisme crée l'indigence, l'aveuglement et la destruction du monde par son cynisme et son égoïsme éhontés.

C'est ce que je voulais dire à Monsieur Peter Rothenbühler en ce dimanche de menace atomique néolibérale réelle sur la planète Terre, Le Président Trump est actuellement le président de droite démocrate et républicaine le plus stupide du monde, sans devoir être ni dur, ni caricatural, ni asocial avec le journaliste.   

Personnellement, je verrais bien mieux un Dubochet président de mon pays qu'un Trump président. Question de gauche intelligente et de droite égoïste. Et question simplement de survie pour mes enfants et petits-enfants.