10/10/2017

Je peux pas

Une vie sans toi,

je peux pas.

Une vie sans toi,

je veux pas.

Une vie sans toi,

j'existe pas.

Une vie sans toi,

c'est le dernier trépas

d'un homme,

un amour suicidé,

un pogrom

contre celles et ceux

qui s'aiment d'amour,

un pogrom

contre celles et ceux

qui s'aiment

sans pouvoir se mettre ensemble,

sans pouvoir vivre leur rêve,

sans pouvoir espérer

autre chose que la mort et la douleur.

 

J'ai fait le plus grand rêve

qu'un homme puisse imaginer.

J'ai construit un empire

qui a pour nom

mon amour pour toi,

ton amour pour moi,

notre amour en toi émoi.

J'ai misé mon coeur

à la bourse de ton coeur

et même si ta vie

ressemble à cette fille au bordel

je sais que ton joli coeur

bat sur le Mont Carmel

pour un homme

qui te donne son amour,

bat au Mont Carmel

pour ce gentilhomme

qui butine ton miel

malgré les coquins, les brigands

qui visitent tes cavernes

et prennent tes trésors

contre argent comptant.

 

Une vie sans toi,

je peux pas.

Une vie sans toi,

je veux pas.

Une vie sans toi,

j'existe pas.

Une vie sans toi,

c'est le dernier trépas

d'un homme,

un amour suicidé,

un pogrom

contre celles et ceux

qui s'aiment d'amour,

un pogrom

contre celles et ceux

qui s'aiment

sans pouvoir se mettre ensemble,

sans pouvoir vivre leur rêve,

sans pouvoir espérer

autre chose que la mort et la douleur.

 

Alors,

je te pose la bonne question,

au bon endroit, au dernier moment:

c'est pour quand,

toi et moi,

notre maison, notre folie,

notre rêve et notre mélancolie?

 

 Je veux encore

visiter ton vignoble,

m'enivrer à nos corps à corps,

à notre magie de tous les instants,

grapiller du temps,

chasser les ignobles,

chasser les nobles,

garder ton vignoble

et faire de notre vie

un raisin de table,

un vin de fête,

un rêve ivre

du bonheur de vivre.

Les commentaires sont fermés.