13/10/2017

Casser ma voix...et puis partir

Les filles c'est comme les hirondelles.

Elles font le printemps des hommes

et puis l'homme leur casse une aile

en leur demandant des trucs pas permis,

des trucs qui érige sa toute-puissance,

qui donne à l'homme son arrogance,

sa prestance, sa pestilence;

des trucs qui défoncent les sentiments,

des trucs qui cassent les filles

et les réduisent au silence

alors qu'elles s'offrent aux violences

sado-maso d'hommes-dinosaures

morts à l'amour,

morts à la romance,

des hommes-dinosaures

qui imposent leurs lois,

leurs vices, et leurs démences,

déposent leur semence

sur des filles sans joie

qui font ça pour obtenir un rôle,

se faire une place au soleil,

se faire une pipe pour un palace,

une fellation royale aux fêlés du coeur,

une sodomie anale, un shoot crado-crotale

offert aux drogués du cul,

et devenir quelqu'un

alors que quelqu'un s'est fait défoncer

par un salaud qui les soumet

et leur impose la loi du silence

et leur signifie qu'elles ne sont rien

sans eux, sans leur décision,

brisées par la toute-puissance,

vaincues par leur système,

défoncées dans leur psychisme,

défoncées dans leur corps

et condamnées au silence.

 

J'ai cassé ma voix

pour toi.

Je suis sorti de leur système

et j'ai écris pour toi

de jolis poèmes chrysanthèmes.

 

Et puis partir un jour.

Mais pas avant l'amour.

Et puis partir un jour.

Mais pas avant le jour

où toi et moi

deviendra une réalité

dans la vie de tous les jours.

 

Et puis mourir un jour.

Mais pas avant l'amour.

Et puis mourir un jour.

Mais pas avant le jour

où toi et moi

nous serons devenus

un mythe, une légende,

un amour indestructible,

une romance insubmersible.

 

Les hommes-dinosaures

ont fait leur temps.

Et les poètes sont montés

jusqu'aux étoiles

pour changer le monde

et rendre aux femmes

tout l'amour qu'elles méritent,

tout l'amour enseveli

par la pornographie de notre temps.

 

Les commentaires sont fermés.