17/10/2017

Domination et soumission, l'enfer de la liberté à sens unique

La dictature se réfère à un système de domination des uns et de soumission des autres. La démocratie se réfère à un modèle d'égalité en droits et en devoirs.

De ce simple énoncé, nous pouvons en déduire que la démocratie est en bien mauvais état partout sur la planète Terre et que les rois comme les empereurs font plus qu'un retour en grâce ou un dernier baroud d'honneur... Ils sont au pouvoir grâce aux milliards et aux richesses que les Etats ont accepté de laisser à quelques milliers d'individus redistribuant les miettes et royalties à leurs fidèles laquais trop heureux d'obtenir une part du gâteau en autorisant des lois de vol et de spoliation autorisé(e)s. 

La loi néolibérale est la loi de la jungle et le plus fort gagne au jeu de la domination et de la soumission. Cette loi hyper permissive, qui autorise les contournements financiers aux plus aisés tout en accablant les petits soumis à l'impôt de toutes les poursuites possibles et imaginables, ne peut qu'ouvrir les portes de l'enfer du harcèlement sexuel puisque ce dernier n'est que le dérivé naturel à toutes les débauches financières qui donnent aux plus riches et réduisent drastiquement les possibilités aux plus pauvres de vivre un peu mieux et un peu moins soumis aux dominants.

Les femmes n'acceptent pas une promotion canapé parce qu'elle serait moralement prêtes à l'accepter sans aucune contrainte de la part de celui qui tient son objet de puissance masculine entre les mains. Les femmes acceptent par détresse et crainte de se retrouver à la rue, sans emploi, sans chance de réussir dans la vie. Ceci n'est pas la loi démocratique ancrée dans nos Chartes Universelles des Bons Sentiments. C'est la dictature du mâle sur la femelle et c'est la loi de la contrainte en échange de la main qui nourrit et donne une place dans la société. C'est une loi archaïque et préhistorique sous couverture de loi moderne hissée au pinacle de nos fondements démocratiques. L'hérésie est de s'opposer à la religion néolibérale au nom de la démocratie... Regardez combien les révolutionnaires sont décriés et détestés des néolibéraux pour vous assurer que ceux qui défendent l'option néolibérale seraient l'acmé de la liberté et les garants inégalés des lois démocratiques... 

La liberté du plus fort contre l'oppression du plus faible et l'omerta du milieu comme cerise pourrie sur leur gâteau de gros dégueulasses. Cela s'apparente à la mafia et c'est un système anti-démocratique sous couverture globale de démocratie... Une hypocrisie globale, une supercherie subtile et perverse. Rien à voir avec la liberté de tous au sein d'une société privilégiant les rapports heureux et libres entre êtres humains consentants.

Il y a aussi des belles âmes à Hollywood mais des belles âmes qui ne pouvaient pas parler au risque de tout perdre. Il y a aussi des belles âmes dans ce monde soumis au néolibéralisme mais elles ne pouvaient que garder le silence sur les agissements des salauds sans risquer de tout perdre. Le rideau de fer commence à s'ouvrir. Peut-être que demain les belles âmes trouveront une place dans la société nouvelle qui s'émancipe peu à peu de ce monde pervers, sadien, soumis à l'oppression sous couvert de liberté tant vanté de nos publicitaires et marchands d'illusions en communication.

 

Les commentaires sont fermés.