20/10/2017

Néolibéraux, n'accusez point le populisme, vous êtes responsables!

Les démocraties du monde s'offrent aux populistes et aux fascistes milliardaires...en votant pour eux.

Néolibéraux, n'accusez pas les peuples puisque vous les zombifiez de vos discours ravageurs et totalitaires au point que les peuples votent aujourd'hui pour leurs pires ennemis, les prédateurs dinosaures milliardaires qui détiennent le pouvoir économique et qui sont en train de mettre main basse sur le pouvoir politique, judiciaire, médiatique, et internautique.

Néolibéraux, n'accusez pas le populisme puisque c'est vous-mêmes qui jetez les peuples dans les bras du populisme le pire qui soit puisque la loi de l'argent l'emporte désormais sur tout le reste. C'est par vos dérives que les peuples démocrates se livrent pieds et poings liés aux plus gros dinosaures que l'Humanité ait produit et qui feront un carnage de notre monde. Plus c'est monstrueux, plus c'est beau! Les peuples en redemandent. Jurassic World est parmi nous et les peuples, fascinés par le spectacle de la roue de la fortune, se sont aveuglés à vos discours pourris qui offrent le monde entier à une toute petite minorité d'habitants sur la planète. On vote encore démocratie ou on se prostitue comme des  cochons de payants pour donner aux riches les richesses que nous produisons nous-mêmes, les peuples?

Néolibéraux, ne dites pas que les peuples sont stupides de voter comme ils votent. Dites-vous que c'est vous-mêmes qui avez voulu des peuples soumis à vos folies des grandeurs, au tout pognon, aux valses lubriques avec la Bourse qui ne s'est jamais aussi bien mise au service de vos érections matinales et nocturnes que depuis qu'un certain Donald Trump est au pouvoir (qui parlait mal de Wall Street, au fait, du temps de l'élection présidentielle américaine?). Vous êtes, vous les néolibéraux, les responsables de ce système que vous ne voulez en aucun cas remettre en question en prétendant qu'il offre le bonheur aux peuples. Hors de bonheur, comme l'ex dictature soviétique, les peuples en connaissent la part d'obscurité et l'horreur de la jungle avec ses prédateurs qui agressent, qui harcèlent, qui jouent du pouvoir de force pour tout dominer jusque dans leurs rapports au sexe et à l'amour (Mélanie Trump dis-moi si j'ai tort. Je me pends à tes pieds).

Prague risque de se réveiller ce week-end avec un petit Trump au pouvoir, un dinosaure de la même espèce que celui d'Amérique.

Rendez-vous au parc d'attraction, chers tous. Les dinosaures sont sur votre écran chaque jour et vous sourient à belles dents. C'est l'inflation. Il suffit de leur enfiler le costume de l'espèce sensée en voie de disparition (dans l'imaginaire apocalyptique des poètes qui prennent leurs désirs pour des réalités toujours possibles) mais dont nos laboratoires néolibéraux ne font que trouver de nouvelles espèces populistes originales pour développer leur domination sur le monde en se faisant un malin plaisir de déclarer avec une perversion raffinée dans leur communication aux peuples qu'ils sont stupides de voter pour l'anti-système... Pire que la supercherie, il y a l'abjection de ces gens.

Plus système et plus dérives fascistes ou royalistes que ça, tu meurs du coeur.

Et il faudra bien un jour que ce site, pacha k mac, vous fout enfin la paix de vous abandonner corps et âmes aux dinosaures qui vous veulent du bien, chers peuples du monde.

 

Commentaires

Vous avez sans doute raison, mais ... Dans un monde ou chacun (ou du moins presque) a envie d'avoir plus que ce qu'il a déjà le résultat ne peut guère être différent.
Rares sont les sociétés dans lesquelles celui qui accumulait était finalement obligé de redistribuer, si ce n'est pas de détruire, sa richesse (voir notamment sous le terme "potlach").
Et ce n'étaient jamais des sociétés dites de masse.

Écrit par : Mère-Grand | 20/10/2017

Oui, Mère-Grand. Parfaitement d'accord avec vous. L'être humain, sa nature originelle (voir l'enfant qui veut toujours prendre le jouet de sa soeur ou de son frère et vice versa) c'est de prendre pour soi sans avoir le désir de partager. C'est l'éducation, l'art, la culture, le sentiment d'injustice dans ce monde où la perfection et l'élévation côtoient sans cesse l'imperfection et la déchéance, qui permettent un transfert de l'égoïsme pur vers un altruisme intelligent qui permet aux sociétés de se développer dans l'harmonie plutôt que dans la criminalité.

Nos médias, hélas, produisent plutôt de la déchéance que de l'élévation où alors ce sont les masses, justement, qui se dirigent plutôt vers des programmes d'abrutissement mentale et de coeur plutôt que vers des programmes d'élévation du niveau général de culture. C'est très triste. Mais qui est capable de relever le défi de faire en sorte que l'immense majorité de la population devienne soudain plus intéressée par une élévation de notre niveau de Civilisation que par sa perdition définitive? C'est une question dont je n'ai évidemment pas la réponse.

Écrit par : pachakmac | 21/10/2017

Les commentaires sont fermés.