24/10/2017

Grâce à toi

Quand tout devient plus glauque

et plus poisseux qu'une mer de pétrole

étalée sur les bleus de ton corps,

je lis à chaque fois dans tes yeux

que, grâce à toi,

notre amour survit à tout;

que, grâce à toi,

je n'ai pas perdu la foi

d'aimer la liberté

des femmes indépendantes;

que, grâce à toi,

je n'ai pas perdu ma route

sur les bitumes de l'amertume

et les saillies que l'on écume

dans les bars qui s'enfument

d'un peu trop de pipes et d'opium

pour être labellisés du sceau de l'amour;

que, grâce à toi,

je ne me suis pas perdu

dans les brumes

et le rhum des filles

que les hommes entubent

comme s'ils enfilaient

une pièce de deux dollars

dans un mauvais juke-boxes

qui propose des chansons à l'eau de rose

 puant le rance et la décadence

alors que chaque fille qui danse

sur le bar de la nuit

devrait avoir droit

à son quart d'heure

de grand amour

avec un poète tombé du ciel.

 

Si Leonard n'était pas un connard

ni un queutard mais un sacré veinard

d'être aimé des femmes

c'était parce que son amour à lui

n'était pas ce glauque toxique

des hommes dominants sur la planète,

leur tout-puissant désir de soumettre les femmes

à leurs lois masculines

mais bien ce désir géant de poète

qui rend fière et libre

chaque femme sur Terre

afin que demain

la haine et le sexisme

ne deviennent que des tristes souvenirs

dans la mémoire de l'Humanité.

  

Commentaires

J'ai aussi rêvé d'un monde sans rapport de force. C'est trop fatiguant de devoir se battre pour ne pas se faire bouffer. Mais c'est une loi de l'univers et la nature propose des mâles alpha. Des femelles aussi d'ailleurs.
Les rapports de soumission-domination sont aussi des jeux.
Mon souci aujourd'hui n'est plus de faire cadrer le monde dans mon étroite conception, mais plutôt de me laisser porter par les évènements qui me permettent de participer pleinement à l'expérience humaine. Tantôt dans le rôle soumis et tantôt dans celui de dominant.
Car j'ai compris qu'un monde sans rapport de force ne prendra corps que lorsque je n'attendrai plus rien. Et là je crains le pire.

Écrit par : PIerre Jenni | 24/10/2017

Bonsoir Pierre,

Vous avez raison de dire que les rapports de soumission et de domination sont aussi des jeux. Tant qu'ils ne virent pas dans une dangereuse perversité ou le ou la dominé(e) se laisse entraîner dans des rapports totalement sado-maso et dégradants, pour moi ça passe sans aucun problème. L'égalité n'est jamais rien d'autre qu'un équilibre parfait du rapport de force (expérience de la balance, un jeu d'enfant).

Ce qui fiche tout par terre c'est justement d'imaginer que les mâles alpha auraient droit à toutes les dérives possibles, des salaires mirobolants, des femmes en veux-tu en voilà qui acceptent tout et n'importe quoi pourvu qu'en retour elles y trouvent un gros avantage économique. A ce rythme-là, la démocratie est morte et enterrée et elle fait place à la plus criminelle des dictatures avec des mâles alpha qui se permettent la fameuse liberté absolue telle que Sade le démontre si bien à travers toute son oeuvre littéraire assez effroyable d'un point de vue humaniste.

Vous m'avez fait sourire un peu grâce à votre conclusion. Moi aussi je crains le pire si j'abandonne toute envie du rapport de force parce qu'alors je sais que je serais bouffé jusqu'au trognon par les prédateurs et totalement rejeter des insoumis et insoumises. Donc, bien sûr que vous avez raison. Les rapports de force sont indispensable à la vie mais j'essaye de faire en sorte d'arriver à une sorte d'égalité dans mes rapports ce qui permet la paix entre les êtres humains que je fréquente plutôt qu'une guerre fratricide et improductive. Si je suis devenu insoumis au système c'est juste parce que le système néolibéral est tombé dans l'extrême avantage pour les mâles et femelles alpha qui se permettent un cynisme effroyable grâce à leurs tailles économiques et politiques qui poussent aux révolutions ou aux dérives fascistes dont on connaît le sort funeste et donc aux violences civiles comme internationales.

Bon. Nous continuons tous à faire tourner les moulins à vent en espérant que nos petites histoires finiront par toucher un tout petit peu la grande histoire...et peut-être les faiseurs de fiction au cinéma.

Bonne soirée à vous. Et merci de votre commentaire.

Écrit par : pachakmac | 24/10/2017

Les commentaires sont fermés.