25/10/2017

Tuer la philosophie de Sade pour sauver la philosophie des Lumières

Le Marquis m'en voudrait s'en doute de s'attaquer à son oeuvre protéiforme, pornographique, et sadique. Maintenant qu'il est en plein triomphe partout dans le monde, Orient et Occident confondus, c'est la Civilisation dans son ensemble qui risque sa peau.

Sade a voulu un retour à la nature et fonde toute sa philosophie autour de cet état de nature. La liberté totale pour s'extraire des lois et des contraintes de l'Etat. Ici, l'Etat de droit démocratique et non l'Etat féodal ou l'état dictatorial qui rejoignent l'état de nature du fait que les dominants s'octroient toutes les libertés et tous les pouvoirs, disposent de la vie et de la mort des personnes, s'amusent dans leurs palais dorés dans des orgies pharaoniques.

Sade a voulu casser le carcan des rois, de la religion, en reniant l'Etat et Dieu tout en même temps... Mais il le fait d'une façon si aristocratiques et si libertine que sa liberté à lui revient à remplacer la dictature d'Etat par une autre dictature "ultra-libérale" où ce sont quand même toujours les dominants qui mènent une sorte de bal absolutiste mortel menant à la déchéance et à la chute de la Civilisation. La différence, c'est qu'au lieu d'un Etat central qui donne ses ordres, le Républicain de Sade est citoyen d'une République de castes qui domine et légifère pour obtenir les plus grands avantages pour celles et ceux qui ont déjà tout...au détriment des dominés soumis à des lois de plus en plus flexibles en faveur des dirigeants ainsi que soumis à l'impôt alors que les riches planquent leur argent ou trouvent des artifices comptables pour en payer le moins possible grâce à des lois "libertines" qui s'offrent à l'évasion fiscale et au moins d'Etat possible.  

Rappelons que pour Sade, le modèle c'est le culte païen des Romains, soit le Veau d'Or. Et constatons que d'Orient en Occident c'est le Veau d'Or qui l'emporte absolument partout y compris sous couverture de la religion utilisée comme moyen de soumettre encore et toujours les peuples.

Si les humains s'offrent toutes les libertés qui leur conviennent, ce sont alors forcément les plus forts qui vont écraser les plus faibles ou les moins combatifs ces derniers refusant le jeu pervers et sado-maso proposé qui s'amplifie dans l'horreur avec les inégalités de plus en plus criantes qui s'établissent entre citoyens et citoyennes du monde.

On peut trouver du plaisir à vivre des idées du Marquis. On peut y trouver jouissance et orgasme à user d'un certain sadisme et d'une certaine cruauté sur des proies consentantes mais aussi et souvent pas du tout consentantes. Parce que dans le sado-masochisme il y a cette part de douleur, cette souffrance avec laquelle nous vivons au quotidien dans nos rapports à la vie et à la fréquentation de l'Humanité.

Mais ce plaisir est d'une perversité qui se retourne un jour ou l'autre et beaucoup de victimes des petits marquis ouvrent alors les yeux sur l'horreur et se rendent compte jusqu'à quel point elles ont été abusée, voir violée, par le dominateur, leur maître, leur gourou (affaire Tariq Ramadan étant une illustration proche de la perfection). Les dérives sado-maso ne sont jamais anodines et peuvent conduire au pire. Il y a une grande différence entre la domination-soumission soft dans les rapports amoureux et la domination-soumission hard qui impliquent des rapports complètement pervers et dégradants mêlant jusqu'à jets d'urine sur son ou sa partenaire et défécation sur le corps...

Il en va de même dans nos rapports au quotidien. Nous pouvons supporter une certaine dose légère de souffrance morale due à une condition sociale inférieure et dans laquelle un patron nous paie au rabais et pas de manière pleinement équitable. Mais nous ne pouvons pas supporter des dirigeants qui pissent et défèquent sur le peuple comme c'est le cas aujourd'hui dans bien des pays du monde; des politiciens qui nous prennent de haut et qui se croient tout permis en cassant un code du travail chèrement acquis par les travailleurs et travailleuses en insistant sur le fait que c'est pour le bien de l'emploi et de l'économie. Certes, plus les gens seront pressés comme du raisin dans son pressoir, plus le vin des puissants sera enivrant, de haute lignée, et leurs bourses bien remplies.

Le Marquis de Sade, plus que tout autre philosophe des Lumières est en parfaite symbiose avec notre temps. Les néolibéraux, et les communistes chinois aussi, copient dans la réalité quotidienne l'oeuvre d'un philosophe qui, sous couvert de liberté, a donné en réalité naissance à une race d'être humain hors normes qui se permettent les pires sévices (en Chine, le commerce d'organes sur des prisonniers politiques est d'une abjection totalement sadienne) et vivent comme des dinosaures avec leurs cerveaux reptiliens qui fonctionnent à plein régime au détriment, bien entendu de la Civilisation humaniste, cet être humain qui s'élève et tente d'équilibrer son existence entre sa nature de primate et sa connaissance de l'âme et du coeur grâce à une spiritualité qui s'ouvre sur l'état de beauté et de grâce.

Il faut opposer à la totalitaire liberté sadienne et son absence d'Etat social et solidaire, un état de beauté et de grâce qui soutient nos démocraties en grands dangers et une Civilisation pas loin de son auto-destruction. D'autres philosophes que Sade ont donné quelques pistes intéressantes plus en accord avec ce que nous a offert le siècle des Lumières... Sade vivait dans un univers carcéral. Sortons-nous tous de cet univers carcéral qui aura finalement notre peau si nous ne faisons rien du tout pour changer nos rapports humains et nos lois.

 

 

Les commentaires sont fermés.