08/11/2017

Charlie Hebdo ne dit pas la vérité. Il fait de la caricature.

Grand malaise en France.

La Rédaction de Médiapart et son directeur, Edwy Plenel, parle de haine à leur égard de la part des journalistes de Charlie Hebdo.

Pourquoi tomber dans le même piège que beaucoup de musulmans ou de chrétiens ou de juifs qui se sentent constamment attaqués par les athées de Charlie Hebdo?

Charlie Hebdo ne cherche pas à exprimer la haine. C'est un journal bête et méchant qui fait de l'humour trash. C'est un foutu défouloir, un joyeux foutoir, tout ce que vous voudrez mais sûrement pas un journal fasciste. C'est un journal satirique. Je trouve dommage que Médiapart se laisse enfermer dans la même analyse que le pape, par exemple, qui disait après les attentats contre Charlie Hebdo:

"Si quelqu'un insulte votre mère (ici c'était en référence à Allah, ndlr) c'est un peu normal que vous preniez un poing dans la gueule". Au passage, comme acte de non-violence on peut trouver mieux comme réaction, par exemple la dignité de dire à l'insulteur, genre Donald Trump traitant de fils de pute un footballeur américain, que si "ma mère est une putain, je pense que la vôtre devrait vous vomir en vous écoutant parler". 

Hors nous ne sommes pas dans l'insulte avec un journal satirique. Nous sommes dans le défoulement et l'humour, un humour gore qui se veut gore. Personne n'est obligé de s'abonner à Charlie Hebdo (je ne le suis pas). Edwy Plenel ne devrait pas parler de haine à son égard mais de la vision grossière et marginale d'un journal satiriste. Un peu à la façon dont les personnalités politiques sont caricaturées lors de Carnaval. Je verrais d'ailleurs très bien, sur le même char de Carnaval, un Tariq Ramadan et sa trique d'enfer et Edwy Plenel avec sa magnifique moustache qui se meut sur son visage... Edwy Plenel disait bien du faux prophète de notre temps qu'il était un intellectuel très acceptable avec ces mots:

"Moi je lis, j'écoute tout ce qu'il a dit. On a parlé pendant trois heures et demie, nous n'avions aucun désaccord sur le fond. Il a été très ferme dans la solidarité, sur la liberté d'expression, dans la condamnation des attentats. Et qu'est-ce qu'on a dit ? 'Ah, il n'est pas clair. Ah, il a un double langage.' Encore une fois, je le lis et je l'écoute et je ne vois pas d'ambiguïté. […] Il ne faut pas diaboliser quelqu'un parce que c'est un intellectuel musulman."

Ne pas diaboliser Tariq Ramadan...sauf qu'à l'époque il y avait eu déjà une femme marocaine qui avait dit des choses effroyables sur le personnage.

“Quand j’ai publié mon livre « La vérité sur Tariq Ramadan » en 2007 (1), l’intéressé a fait savoir qu’il ne l’aimait pas du tout. Ce qui était son droit le plus strict. Mais il a prétendu qu’il ne m’avait jamais parlé, ce qui était un mensonge, d’autant plus grossier que je l’avais interviewé à plusieurs reprises dans la presse française et suisse. A la suite de la publication de cet ouvrage, de nombreuses jeunes femmes sont entrées en contact avec moi. Elles tenaient toutes le même discours : Tariq Ramadan n’était qu’un Tartuffe, qui tenait un discours rigoriste et puritain, alors qu’il menait joyeuse vie."

https://mondafrique.com/livre-explosif-tartufferies-de-ta...

Un autre témoignage de Majda Laroussi en 2014:

http://www.lelibrepenseur.org/tariq-ramadan-dans-de-sales...

 

Déjà des complots sionistes, des ennemis de toujours comme le prétend Tariq Ramadan, Monsieur Plenel?

Il faut éviter de parler d'une Une abjecte et haineuse de la part de Charlie Hebdo. Sinon Médiapart va tombe dans le piège sectaire du "eux contre nous" que certains communautarismes en France se font l'écho dans les cercles islamo-fascistes ou du Front National, voir d'une certaine extrême gauche anarcho-terroriste décidée d'en découdre avec l'Etat démocratique par la violence et la destruction de l'Etat.

Monsieur Plenel, je suis à peu près certain que les journalistes de Charlie Hebdo ne vous haïssent pas. Que votre susceptibilité légitime ne vous aveugle pas. Une caricature reste du domaine de la caricature. Qu'on en rit franchement , qu'on en rit jaune ou pas du tout. Surfer sur la vague de la haine c'est déjà détruire la République. Vous n'apprendrez jamais la haine. Et c'est bravo. Je crois que de leur côté, Charlie Hebdo est une bande de joyeux drilles qui se moquent de tout et tout le monde mais ne haïssent pas les gens, leurs croyances ou leurs dérives fanatiques, sexuelles ou tout autre. C'est la satire qui veut ça.

Personnellement, je critique très durement Tariq Ramadan. Mais je n'ai aucune haine contre lui. J'aimerais juste que justice soit rendue à ces femmes abusées par sa toute-puissance et son aura médiatique...

 

L’affiche rouge de Charlie contre @mediapart. « Ils peuvent me haïr, ils ne parviendront pas à m’apprendre la haine » (Romain Rolland)

A lire aussi:

http://tempsreel.nouvelobs.com/medias/20171107.OBS7061/ac...

Commentaires

On ne réagit pas forcément tous de la même manière à une caricature parce que nos ressentis sont uniques.
Il n'y a pas au monde concernant une seule et même situation deux ressentis exactement les mêmes.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/11/2017

Plenel n'a vu aucune ambiguïté chez Tariq? Et il se prétend journaliste? Et il se croit intelligent? Cherchez l'erreur.

Grand merci et grand respect pour vos commentaires!

Je vous conseille le document suivant où Tariq parle de "cohérence". Plutôt comique à l'heure d'aujourd'hui. Il parle aussi de "victime". 26'40"

https://www.youtube.com/watch?v=Mq1hh600uNY

Écrit par : Daniel | 09/11/2017

La vraie polémique est: pourquoi les journalistes (et ils sont nombreux) ont couvert, protégé Tariq Ramadan?

Si j'en crois ce témoignage:

https://www.rts.ch/play/radio/forum/audio/temoignage-dune-eleve-abusee-par-un-enseignant-du-college-de-saussure?id=9046660&station=a9e7621504c6959e35c3ecbe7f6bed0446cdf8da

Et la notice:

"Elle s'appelle Aurélie et a aujourd'hui 45 ans. En 1988, à 16 ans, elle a cédé aux avances de son professeur de français. Elle a fini par le dénoncer et il a été condamné à huit mois de prison avec sursis et licencié. Aurélie a dû se battre, seule, sans l'aide des autorités scolaires."

Si j'en crois cet extrait de la page Wikipedia:

"Entre 1988 et 1992, il occupe un poste d'enseignant, d'éducateur et de doyen au collège de Saussure, à Genève. (...) Un autre professeur Jean-Michel Olivier affirme que Tariq Ramadan a été renvoyé de son poste d'enseignant du collège mais sans en préciser la raison qu'il semble pourtant connaitre : « Nous avons travaillé dans le même collège et collaboré souvent ensemble. Jusqu'à ce qu'il se fasse virer pour les raisons que vous savez… »."

Tariq Ramadan était professeur de français au collège de Saussure, Aurélie était élève au collège de Saussure, il y a un détournement de mineure au collège de Saussure, 4 ans plus tard "un" professeur de français est dénoncé, condamné et viré. En 1992 Tariq Ramadan doyen (marche-pied pour devenir directeur) "quitte" l'enseignement genevois sans tambour ni trompette. Prière de connecter les points.

Maintenant je m'adresse à Monsieur Cuénod, chroniqueur judiciaire à la Tribune de Genève à la retraite. Une personne comme Tariq Ramadan aurait été condamnée et l'information ne fait pas la une des journaux, ne filtre pas? J'appelle cela de la complicité. Si l'affaire était sortie à l'époque d'autres témoignages seraient sortis et Tariq Ramadan n'aurait jamais eu la carrière de prédicateur-menteur-violeur qu'il a eue. Complicité.

A bon entendeur.

Écrit par : Justice | 09/11/2017

Excellente réflexion!

Le lien de Monde Afrique ne fonctionne pas (pour mon PC en tout cas), il y a plein de messages menaçants... question virus.

Écrit par : Mireille Vallette | 09/11/2017

@Daniel
Très juste. Je me permets d'ajouter à votre invite celle de lire le blog de Mireille Vallette avec le détails de toutes les réponses de Ramadan à des questions "épineuses" sur son interprétation du coran.

Écrit par : Mère-Grand | 09/11/2017

À Pierre, Jean
et Paul-Émile Vit-que-torts,  
Explorateurs bipolaires  

SI j'étais moi (ce que je ne suis pas toujours, étant assez souvent moi même explorateur bipolaire), je ne parlerais pas trop à leur place, - ou tout au moins de manière si prononcée ou seulement même de façon allusive, de ces Edwy Opinel ou de ces Charlot Hebdo qui font déjà couler beaucoup d'encre chez les cancres (dont je suis - à
l'instant même où j'écris ces lignes). Ou alors j'aurais été peut être plus prudent et davantage charitable sur la critique de leurs émotions prétendument perçues sur tel ou tel sujet; car les pauvres bougres n'ont sans doute pas reçu tout le plomb dans la tête qu'ils auraient pu souhaiter en raison de la disparition physique des caractères d'imprimerie. Quoique dans le cas du canard Charlot Hebdo, question plomb dans la tête...

Ma question dérisoire est de savoir si les Pachakhamac
qui aiment la paresse et le silence impressionneront un
jour les Pachakimicmac avec leurs blagues sur ces blogs
car peut on jamais savoir comment tous les chancres en
mal de reconnaissance finiront par couler la société des
hommes avec leur réaction en chaîne qui malheureusement ne se font plus at home mais ad
libidinem et publiquement?  

Mais j'allais oublier un instant, malheureux que je suis,
que je m'adresse à ceux qui dénoncent :

 "Le silence des pantoufles plus dangereux
que le bruit des bottes",  - paraît il...

Personnellement, (mais je m'en fouterai si vous vous
foutez de mon avis) je préfère être bien calfeutré dans mes charentaises auprès de mon chat que droit dans mes bottes près du marécage.Question de survie de grenouilles sans doute dévotes à leur culte personel.
Cela dit j'ai conscience de ma propre suffisance et enflure en intervenant sur ce blog, ...mais je pense pouvoir arrêter à temps mon inspiration!

Toutefois avant de vous quitter, encore une chose chers
amis bien inspirés vous aussi:

Apprenez que le géant Micromegas eu la bonté pour les hommes de leur remettre son livre de sagesse vierge de tout mot. Candide lui préféra cultiver ses navets, d'autres leurs salades... Alors...

Alors désolé (pour moi seul) de cette intervention mal à propos, car d'habitude je ne fais qu'observer
silencieusement les bloggeurs,

 - "sans jamais penser les haïr".  

Mais j'ai aussi pour m'excuser auprès d'eux (si nécessaire) l'excuse bien excusable que ce n'est pas moi
mais mon double vaniteux qui a parlé à ma place, ce que ce malotru n'aurait jamais dû faire, j'en conviens. Mais cela caractérise justement les bipolaires...    

...et qui suis-je pour pouvoir faire taire ma vanité
sinon quelqu'un ...de trop modeste.  ... ou bien !?

Écrit par : micro dégât | 09/11/2017

Micro dégât. S'absenter au monde, oui, j'en connais un qui vit heureux dans son chalet en bois... Mais avez-vous vous prévu le fusil comme ce cher Oskar au cas où demain ce n'est pas un brave voisin qui vous tiendra compagnie dans votre désert alpin mais un fasciste qui viendra conquérir votre petit chez soi et pourquoi pas convoiter votre chère et tendre qui pourrait devenir un butin pour cet envahisseur et sa pensée barbare? Moi, je veux bien rester le paresseux inexistant pour les autres et seul dans mon coin à condition que je sois bien certain que l'Autre ne me concernera jamais. Mais non! Que dis-je! J'aime me confronter à l'Autre parce que mon ego est terrible et que si je ne délivre pas ma pensée les Autres se chargeront très facilement de me dire comment je dois penser... Donc mon ego doit parler au monde bien que mon ego vive très isolé de la communauté et que très peu de gens sont au courant de ma personnalité blogueuse. Pour mes copains de boulot, je suis le cuistot du bistrot, simple gars qui travaille d'arrache-pied pour la réussite de l'entreprise et le succès financier de son patron. Jamais ce type qui écrit et qui pense et délivre sa pensée sur son blog. Paf, mon estime que diable. T'es qu 'un petit cuisinier au fond sa cuisine et en plus t'es Suisse? Incroyable, il y a encore des Suisses dans les cuisines helvètes. Ils doivent leur manquer une case pour devoir faire ce métier...ou alors il était un sacré fainéant à l'école, ce type-là...

Bon. J'arrête là. Mon ego est surdimensionné. Je le reconnais. Micro dégât, je suis un homme sous l'avalanche. Appelez vite un chien pour me sauver des brûlures de la glace avant que je ne gèle complètement.

Écrit par : pachakmac | 09/11/2017

Les commentaires sont fermés.