09/11/2017

Calmy-Rey groupie de Ramadan? C'est assez fort de café

Jean Ziegler? ça passait encore. On connaît l'homme et sa fascination envers les gourous dictateurs ce qui a, hélas, souvent discrédité son discours et ses livres qui pourtant ont une belle gueule d'insoumis au système capitaliste. On sait aussi qu'il veut défendre les opprimés et qu'il lutte à sa manière contre l'islamophobie. Mais fallait-il qu'il fasse copain-copain avec un homme rigoriste qui prêche soi-disant un islam novateur alors que plus conservateur que les frères Ramadan, il n'y a guère que la secte wahhabite ou alors les gourous de l'Etat islamique, en ruine aujourd'hui après quelques années de conquêtes monstrueuses faites de cruauté sans nom et de sadisme insupportable...

Mais quand on apprend que Micheline Calmy-Rey, la féministe, la Conseillère fédérale, s'est laissée enturbaner par le faux prophète Ramadan et qu'elle l'a embarqué dans ses voyages dans le monde entier comme éminence grise alors là je dois dire que mon c.. tombe à côté de la chaise fédérale.

Je n'ai pas connu Tariq Ramadan. Je n'ai pas eu cet honneur... Je suis devenu aussitôt le mouton noir de la communauté lémanique aussitôt converti à l'islam...On m'a bien fait comprendre que Tariq Ramadan avait une pensée bien supérieure à la mienne et que mes critiques du Coran n'étaient pas du tout les bienvenues et très mal placées...On ne touche pas à la pensée du Prophète et...à celle de Tariq Ramadan non plus. Donc, en même temps que ma charmante épouse (dont je suis resté en bons termes parce qu'un bon musulman porte de la bonté et de la compassion en lui et non de la haine et une soif de vengeance...)  me quittait déjà pour un bellâtre... athée portugais alors qu'elle avait fait des pieds et des mains pour que je me convertisse à l'islam, circoncision comprise s'il vous plaît, mes autres chers soeurs et frères en islam sentaient le soufre de Satan me dévorer l'esprit, le type même qui cherche à changer la loi d'Allah et qui est tellement arrogant avec son ego surdimensionné qu'il ose prétendre retoucher au Livre Sacré... Pfff... Me voilà donc grand cocu devant l'Eternel dans tous les sens du terme et retournant à mon immense solitude de poète converti qui n'a pas viré dans le rigorisme et le terrorisme...mais au contraire dans la subversion du texte sacré. Péché bien plus grave devant Allah. Je n'aurai sans doute jamais droit à mon dessert porno et à mes septante vierges du paradis mais au moins je n'aurai pas commis d'attentats personnellement ou demander à des jeunes musulmans que j'aurais pu fasciner, avec ma parole satanique inversée, de les commettre à ma place... 

Madame Calmy-Rey, comment avez-vous pu concevoir que Tariq Ramadan était moderne à travers son islam? Vous auriez du tenter la conversion à Allah auprès de ses fidèles zélateurs et zélatrices et vous auriez très vite compris ce qu'exigeait de vous Tariq Ramadan, les soeurs et les frères en islam de cette secte salafiste: la zombification de votre intelligence, le renoncement total à votre famille si par hasard celle-ci voulait encore manger du porc et boire du vin à votre table, et la lecture incessante de tout ce qui concerne l'islam à l'exclusion de toutes les autres lectures fallacieuses et mensongères. En suivant, bien sûr toutes les règles intransigeantes de la prière et l'ordre des 5 piliers de l'islam. Pour le 6ème, heureusement, je n'étais pas une convertie. Alors, chère Madame, vous auriez radicalement changer votre point de vue sur le Ramadanisme et le salafisme. Soit, nous faisons comme la communauté l'exige soit nous en sommes exclus. Nous ne sommes alors plus ni frère ni soeur mais ennemis... Il n'y a pas d'autres possibilités, hélas, et Madame Henda Ayari pourrait bien vous le confirmer elle qui se fait traiter de tous les noms d'oiseau et reçoit une multitude de messages de menaces de mort à travers son réseau social.

Je termine ce billet que j'ai eu beaucoup de mal à écrire tant je regrette de devoir parler de ce passé douloureux sur mon blog, pour dire à Marc Bonnant que je ne suis pas du tout d'accord avec son angle d'attaque pour défendre la vertu et l'honneur de Tariq Ramadan. Selon mon point de vue, il est évident que l'on est une victime même après 25 ans de silence quand on a été une mineure harcelée par son professeur puis soumise à ses ordres sexuels. L'aura d'un professeur sur de jeunes élèves est évident, cela dans tous les collèges. Et si le professeur, en plus de ça, est beau gosse... C'était à lui à prendre ses précautions envers des jeunes filles vulnérables. Parce que plus grave que d'avoir cédé à la tentation d'une gamine de 15 ans qui se serait spontanément offerte à lui, c'est lui qui a manigancé, instigué, et manipulé des jeunes femmes en pleine adolescence pour qu'elles tombent comme un fruit mûr dans son lit... Comme dirait un bon mauvais musulman mais aussi un laïque convaincu de sa culpabilité à travers une telle approche égocentrique pour posséder le corps de jeunes filles, ça c'est totalement haram, mon frère Tariq.

Maître Bonnant, vous commettez une grave erreur déontologique et sémantique en prétendant défendre Tariq Ramadan sur la base étrange qu'une victime qui a gardé le silence durant 25 ans ne peut être une victime de Tariq Ramadan. Demandez à une petite fille qui adorait son père et qui l'a violé dans son enfance ou, plus tard, durant son adolescence, et qui n'ose en parler publiquement que 25 ans plus tard si elle n'a pas été victime de son père, cet homme d'autorité sur elle mais aussi d'amour et de bienveillance inconditionnel qu'il aurait du être avec elle. Une victime ne dénonce pas souvent son bourreau quand le lien est affectif ou dans le cadre d'une formation. D'une part, parce que le bourreau exige d'elle le silence absolu sur cette relation secrète, d'autre part parce que toujours il exercera un chantage sentimental odieux et des menaces ("tu voudrais pas que maman sache et que papa aille en prison" dans le cadre d'une liaison incestueuse...), enfin et surtout parce que la victime a honte et une terrible peur que cette relation soit dévoilée en public devant des juges et le monde entier.

Dans le cas qui nous occupe, ces femmes qui dénoncent aujourd'hui Tariq Ramadan sont mariées, ont des enfants, et elles ne veulent pas être impliquées dans une affaire où il y a prescription et dont on sait, en cas de sortie de l'anonymat imposé par la justice, qu'elle vont risquer toutes les injures des fidèles aux Ramadan et même des menaces de mort sur leur personne et leurs enfants. ça fait beaucoup de risques mais Tariq Ramadan veut obliger ces femmes à sortir du bois... Si par hasard il y a procès, espérons vivement que ce sont elles qui crucifieront Tariq Ramadan avec leurs avocats désignés et non Maître Bonnant, Maître Hayat et Ramadan, un trio de course d'enfer, qui crucifieront ces femmes. Ce terme de crucifixion, bien entendu écrit d'un point de vue strictement psychologique.

Tuer la toute-puissance de Tariq Ramadan lui fera le plus grand bien en vue de sa propre guérison et de la reconnaissance de sa maniaquerie sexuelle. L'islam sauvera et lavera alors son honneur...

C'est ce que nous pouvons en tirer à la conclusion de ce billet.

http://www.illustre.ch/magazine/tariq-ramadan-dans-les-co...