10/11/2017

Juges, Justice, lynchage public

L'émission Infrarouge s'intéressait l'autre soir, dans le cadre de l'affaire Ramadan, au risque de l'influence sur les juges à travers la pression populaire et médiatique qui pèserait sur eux.

La Justice est libre et indépendante et juge en toute indépendance. Comme la presse est libre et indépendante et donne la parole à qui elle veut sans se soucier des menaces ou pression qu'elle subit.

Pour le moment, ce n'est pas Tariq Ramadan qui risque un authentique lynchage et la mort sur la place publique mais bien les présumées victimes qui se ramassent moult insultes et menaces de mort.

Pour le moment, personne et c'est très bien ainsi, ne désire la mort du gourou ni même sa mise au cachot pour l'éternité. Il a droit à sa défense (et quelle défense avec ses avocats prestigieux!) et, même s'il se voit condamner un jour, il ne sera pas banni de la communauté humaine ni envoyer en enfer d'une balle de kalachnikov ou de coups de couteau pour l'égorger comme un porc. Ce que risque pourtant ses victimes présumées.

Un tout petit peu plus de réflexion de la part de ses soutiens médiatiques, dont Jacques Neirynck, devrait être de mise. La justice jugera en toute indépendance et pourtant elle devra faire face aux pressions sur les réseaux sociaux des fascistes de l'extrême-droite comme de ceux de l'islamo-fascisme avec risques de menaces de mort venant surtout de la part des fous de Ramadan...et d'Allah in fine.

Tariq Ramadan a joué sur la corde raide de sa sexualité exacerbée. Il y a effectivement du Marabout chez lui comme la dit très justement un intervenant. Qui osait toucher à la parole de Ramadan se voyait exclu de la communauté musulmane proche de lui (je ne parle pas des musulmans libres d'agir et de penser comme ils et elles veulent). Grâce à cette position de Marabout, il a usé et abusé de son pouvoir sur certaines femmes et en a très certainement violenté quelques-unes. Les Marabouts agissent toujours en abusant des personnes par leur aura personnelle sur elles et en diffusant un discours dont eux-mêmes ne suivent pas les règles. L'attitude même de toute-puissance c'est ce que je dis (mes ordres dont il ne faut jamais s'écarter, ordres de plus qui sont d'Allah lui-même) mais pas ce que je fais (ma liberté de vous soumettre par l'esprit et le corps si l'envie m'en dit).

C'est bien cette toute-puissance que les victimes présumées de Tariq Ramadan demandent en public de casser chez cet homme.

Pour le reste, Tariq Ramadan continuera à vivre. Autrement, mais il continuera à vivre. Comme un certain Bertrand Cantat ou un DSK.

  

Les commentaires sont fermés.