13/11/2017

13 novembre: des morts au nom de qui?

Ce n'est pas un jour gai

et pourtant j'ai envie de faire reggae

Yé yé yé.

C'est un jour très triste

et pourtant j'ai envie de danser

pour les morts,

pour celles et ceux

qui voulaient l'amour

et qui ont trouvé la haine

sur leur chemin de croix.

 

Alors oui.

Ce n'est pas un jour gai

et encore moins aujourd'hui

où la haine décuple ses talents

manipulateurs et menteurs.

Non!

Les victimes du Bataclan,

les victimes de Paris

n'iront pas en enfer.

Non!

Les victimes du Bataclan,

les victimes de Paris

n'étaient par les organisateurs

de leur propre mort

parce qu'ils étaient infidèles

à la loi des gourous

et à leur secte de fanatiques

qui défendent le viol

plutôt que la victime du viol,

qui défendent le meurtre

plutôt que les victimes de l'attentat,

qui défendent la haine

contre les infidèles

plutôt que défendre

la paix, l'amour, et les bonnes relations

entre communautés humaines.

 

Alors oui!

C'est peut-être indécent en ce jour

mais je veux danser reggae

pour tous les morts

du Bataclan et de Paris.

 

Voilà.

Bats-toi, signe, et persiste.

 

 

Les commentaires sont fermés.